Sauber attire des fonds russes pour assurer son avenir

Publié le par Matthieu Piccon

Sauber - Peter Sauber, Monisha KaltenbornAu coeur de l'actualité économique de la F1 depuis plusieurs semaines, Sauber vient d'assurer son avenir en attirant de nouveaux sponsors en provenance de Russie. Sergey Sirotkin serait ainsi d'ores et déjà assuré de disposer d'un baquet de titulaire en 2014.

La Russie se renforce de plus en plus dans les sports automobiles, surtout avec la perspective du Grand Prix de Sochi à partir de la saison prochaine. Elle dispose déjà d'une écurie en F1 avec Marussia et en GP2 avec Russian Time. L'arrivée de la F1 sur les rives de la Mer Noire la saison prochaine renforce encore l'appétit des écuries pour attirer des investisseurs russes.

Pour une écurie, qui n'était plus en mesure de payer ses fournisseurs depuis quelques semaines, une telle manne de revenus ne pouvait être ignorée et tous les efforts de Peter Sauber et Monisha Kaltenborn se sont donc concentrés sur la Fédération russe. Cela se concrétise par un accord avec trois structures différentes du pays : "Nous sommes ravis d'annoncer un partenariat entre le Fonds international d'investissements de coopération, le Fonds d'Etat de développement du Nord-Ouest de la Fédération de Russie et l'institut national de technologies d'aviation avec Sauber Motorsport AG, qui comprend la promotion de la Formule 1 en Russie et le développement commun de solutions de hautes technologies."

Ces structures sont naturellement proches du pouvoir politique du pays, sans lequel il n'est pas possible d'établir des investissements d'ampleur avec des entreprises locales. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la liste des partenaires du Fonds international d'investissements de coopération, qui dispose d'un bureau de représentation à Zurich. On y retrouve ainsi Gazprombank, la filiale bancaire du géant gazier, mais aussi Royal Bank of Scotland, qui dispose de bureaux dans le pays.

Si les deux premières entreprises vont principalement apportés des fonds en tant que sponsor, l'institut national de technologies d'aviation devrait être davantage présent en tant que partenaire technique de l'écurie : "Avec l'institut national de technologies d'aviation, une des principales institutions de recherche scientifique en Russie, Sauber F1 Team va bénéficier du savoir-faire des meilleurs scientifiques et ingénieurs russes. L'objectif de ce partenariat est d'ouvrir de nouvelles perspectives et de nouveaux revenus en commercialisant des technologies développées en commun."

On peut imaginer que les deux structures vont mettre en place des coopérations technologiques à destination d'entités extérieures, sur le modèle de ce que Williams, une autre écurie indépendante, a mis en place ces dernières années. Mais la principale relation entre les deux structures n'est évoquée qu'à demi-mot dans le communiqué de l'écurie. En effet, celui-ci comporte un passage selon lequel : "Le partenariat inclut d'autres activités pour assurer la promotion du Grand Prix de Sochi en 2014 et pour attirer de talentueux jeunes russes vers les sports automobiles. En particulier, un programme de développement va être mis en place pour le pilote Russe Sergey Sirotkin afin de le préparer à être titulaire pour l'équipe en 2014." Or Sergey Sirotkin n'est autre que le fils d'Oleg Sirotkin, qui dirige l'institut national de technologies d'aviation ! Ce lien de parenté est donc beaucoup plus important que son titre européen acquis en Formule Abarth lors de la saison 2011 ou sa deuxième place enregistrée lors de la course de Formule Renault 3.5 à Motorland.

Cela signifie qu'il y a de fortes chances que Nico Hülkenberg quitte la Suisse à l'issue de la saison actuelle. Ce n'est pas la première fois que l'Allemand se retrouve dans la situation de perdre son baquet au profit d'un pilote soutenu par de gros sponsors puisque cela avait déjà été le cas à la fin de la saison 2010 lorsque Williams lui a préféré Pastor Maldonado.

Aujourd'hui, il a cependant de solides arguments à faire valoir, après trois saisons de titulaire. Il est d'ailleurs l'une des clés du marché des transferts puisqu'il serait courtisé par Lotus si Kimi Raikkonen venait à partir chez Red Bull et par Ferrari si Felipe Massa ne retrouve pas un niveau de forme suffisant.

Quant à son coéquipier actuel, Esteban Gutierrez, son maintien est principalement lié à la reconduction des accords commerciaux de ses sponsors, les différentes entreprises de Carlos Slim, l'homme le plus riche du monde.

Ces nouvelles signifient donc que l'avenir à moyen terme de Sauber semble donc désormais assuré. Reste maintenant à voir si son éventuel nouveau duo de pilotes lui permettra d'avoir les résultats en piste nécessaires pour se maintenir dans le coeur du peloton.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article