Le Pays de Galles approuve un circuit à 320 millions d'euros

Publié le par Matthieu Piccon

Circuit of WalesAlors que de nombreux pays émergents lancent de grands projets de circuit pour accueillir la F1, il est peu fréquent de voir des pays développés faire de même. C'est pourtant le cas du Pays de Galles, qui a donner le feu vert pour un circuit de 320 millions d'euros.

La Grande-Bretagne est assurée d'accueillir la F1 jusqu'en 2027, grâce au contrat de longue durée signé avec Bernie Ecclestone. Néanmoins, d'autres régions du Royaume-Uni veulent également pouvoir accueillir des événements automobiles de grande ampleur.

C'est le cas du Pays de Galles, qui vient de dévoiler son projet de Circuit of Wales, dont le coût est estimé à 320 millions d'euros. Sur les 335 hectares concerné par ce projet, près de 3000 emplois seraient créés pendant la phase de construction et près du double pourraient également apparaitre une fois que l'ensemble des constructions seront terminées.

Cependant, l'ensemble des coûts ne seront pas supportés par les contribuables locaux, comme l'explique Michael Carrick, responsable de l'entreprise responsable du développement des vallées : "C'est extrêmement important, non seulement pour la regénération de Blaenau Gwent mais également pour l'économie du Royaume-Uni, qui permet de mobiliser d'importants capitaux privés. C'est l'exemple-type d'un nouveau modèle d'investissements puisqu'il s'agit d'un partenariat entre des investissements privés et le gouvernement pour mettre en place une activité qui va transformer la région."

Ces fameux Partenariats Public Privé se multiplient actuellement car les collectivités locales cherchent à réduire au maximum leurs dépenses immédiates tout en maintenant un niveau d'investissements important. C'est donc ce modèle, qui a été adopté pour la construction du nouveau stade de football à Bordeaux ou la fameuse MMArena du Mans. Cette dernière est devenue un exemple des risques de ce genre de partenariat : le club du Mans, en proie à de sévères difficultés financières, a été rétrogradé au niveau amateur et ne peut donc plus verser le loyer mensuel prévu au groupe de BTP qui a construit le stade. C'est donc la ville du Mans, qui se retrouve dans l'obligation de régler la facture, ce qui met ses propres finances en danger tandis que le stade ne dispose plus d'une équipe résidente.

Le projet au Pays de Galles, outre la piste principale, sera également composé d'une piste de karting et d'une autre destinée au motocross. Mais les responsables régionaux voulaient inscrire ce projet dans un ensemble complet de services destinés à l'automobile et les sports automobiles, exactement le rôle de Silverstone au coeur de la Motorsport Valley. Un hôtel et un centre commercial seront donc également prévus pour augmenter l'attractivité de cette région déshéritée.

Un porte-parole a ainsi commenté : "Au coeur de ce complexe de 355 hectares, il y aura des infrastructures du plus haut niveau, homologuée pour accueillir les plus grands événements de sport automobile, au niveau national et international, avec une piste de 5,6 kilomètres, qui tira les avantages de la topographie unique d'Ebbw Vale. Outre le fait qu'il s'agisse du premier complexe britannique de haute technologie liée à la course automobile à avoir un faible impact carbone, ce sera également un centre d'affaires pour les entreprises automobiles mondiales et représenter l'excellence dans les hautes technologies."

A l'heure actuelle, la F1 ne semble pas être la priorité mais les yeux des dirigeants locaux semblent davantage se tourner vers le MotoGP. Celui-ci ne semble pas indifférent à l'offre galoise puisque Carmelo Ezpeleta, le directeur de Dorma (l'équivalent de la FOM pour le MotoGP) a déclaré : "C'est fantastique. Je pense que c'est un programme très important pour le MotoGP et pour les sports automobiles en général. C'est une bonne chose pour la région, c'est une bonne chose pour les gens qui y habitent et nous apporterons toute aide nécessaire à l'équipe qui est derrière ce projet. Nous avons déjà travaillé avec eux et nous continuerons à le faire."

Commenter cet article