Echange Honda/Renault entre McLaren et Toro Rosso

Publié le par Matthieu Piccon

L'heure de la décision est arrivée : McLaren a décidé de tourner le dos à Honda, au profit de Renault. C'est donc Toro Rosso qui récupère le moteur japonais.

Trois ans sans aucun résultat probant ont donc réussi à venir à bout de la patience de McLaren. L'équipe anglaise a donc fait le choix de renoncer au moteur Honda et l'important soutien financier qui en découlait en se tournant vers le moteur Renault.

C'est la première fois que les deux entités vont cohabiter au cours de leur longue histoire dans la discipline, comme le commente Jérôme Stoll, le Président de Renault Sport Racing : "Il s'agit d'une décision stratégique pour Renault Sport Racing. C'est la première fois que nous allons travailler avec McLaren et nous sommes fiers d'être parvenus à un accord avec une structure possédant un tel historique en Formule 1. L'alliance ne sera pas seulement technique et sportive : elle s'accompagnera également de bénéfices sur le plan du marketing et de la communication. Nous savons que McLaren nous poussera dans nos derniers retranchements sur la piste et cette compétition sera bénéfique pour tous."

Mais avant qu'un accord ne soit noué entre les deux formations, il fallait d'abord qu'un autre client de Renault renonce à sa fourniture puisque le motoriste avait clairement fait état qu'il n'avait ni les ressources, ni l'envie de fournir une quatrième équipe. C'est donc Toro Rosso qui a dénoncé en avance son partenariat avec Renault, seulement reformé cette saison, après une brève incartade chez Ferrari en 2016.

L'équipe italienne devient de fait l'équipe constructeur d'Honda puisqu'il s'agira de la seule équipe à disposer du moteur japonais, même si Franz Tost est bien conscient des limites de sa formation : "Toro Rosso n'est pas Ferrari ou Mercedes. Nous avons d'autres infrastructures. Mais je peux vous promettre que nous allons tout mettre en oeuvre pour faire de notre mieux et nous verrons bien. L'argent ne fait pas toujours le succès. J'espère que chez Toro Rosso nous allons travailler de manière efficace car c'est notre slogan et que nous allons tirer le meilleur de notre package. Pour le reste, nous verrons bien. L'avenir nous le dira."

Honda est également paradoxalement gagnant avec ce nouvel accord puisque le constructeur va également cesser son important soutien financier à McLaren puisque cet aspect ne fait pas partie du nouvel accord de trois ans avec Toro Rosso, comme l'a confirmé Masashi Yamamoto, un de ses responsables présents à Singapour : "Je veux être clair sur ce sujet : avec M. Tost et Roro Rosso, notre relation est très amicale et de haut niveau. Nous n'avons donc pas l'intention de payer un budget important pour rester dans cette position ou quelque chose de ce genre."

Mais au final, ce que l'on retiendra est que deux grosses structures aux importantes ambitions n'ont jamais été en mesure de mettre en place l'organisation technique et humaine pour retrouver les succès passés. Reste maintenant à quel point McLaren sera véritablement en mesure de remonter dans la hiérarchie. Surtout qu'il n'y aura plus l'excuse du moteur pour expliquer des contre-performances... La pression est donc désormais sur son département châssis qui devra montrer son véritable niveau.

Avec ce nouvel accord, Zak Brown est dans une situation un peu plus confortable pour négocier une prolongation du contrat de Fernando Alonso, son autre priorité.

Getty Images / Red Bull Content Pool - Pour l'heure, les sourires sont de mise entre Honda et Toro Rosso

Getty Images / Red Bull Content Pool - Pour l'heure, les sourires sont de mise entre Honda et Toro Rosso

Commenter cet article