Brown : "Un top 5 serait génial" pour Fernando Alonso à Indianapolis

Publié le par Matthieu Piccon

Avant de s'envoler pour Indianapolis, Zak Brown a tenu à faire un point dans le paddock de Monaco sur l'aventure de Fernando Alonso en IndyCar et a confirmé les objectifs ambitieux du pilote espagnol.

Zak Brown, le nouveau PDG de McLaren, est à l'origine du projet américain de Fernando Alonso. Après des qualifications réussies et conclues à une cinquième place sur la grille, l'Américain s'estime satisfait du projet jusqu'à présent : "Pour l'instant, notre projet pour l'Indy 500 s'est bien passé. Mais nous avons encore 500 miles à faire et c'est ça le plus difficile. C'est après la course qu'on pourra dire si c'est un succès."

Si ce projet a été initié, c'est que l'équipe doit s'efforcer de satisfaire son pilote-star, qui arrive à l'échéance de son contrat. Zak Brown était donc ravi de pouvoir offrir une voiture compétitive à l'Espagnol et de voir que sa soif de vaincre n'est pas encore assouvie puisqu'il a exprimé une certaine frustration par rapport à un petit problème technique qui l'a empêché de figurer sur la première ligne. Mais cette aventure n'a pas été bénéfique que pour le pilote : "Cela a fait du bien à tout le monde, à Fernando, à l'équipe, à Honda et aux fans" a ainsi commenté le successeur de Ron Dennis.

Il ne faut pas non plus oublier que ce forfait à Monaco et l'annonce ultérieure du retour de Jenson Button ont permis de générer du contenu positif sur l'équipe, ce qui n'était pas le cas depuis le début de saison à cause des problèmes récurrents de son unité de puissance Honda. Il estime donc que l'équipe n'a pas sacrifié grand-chose en se passant de son atout maître pour l'une des courses les plus atypiques de la saison.

Etre en mesure de rouler dans une autre discipline est également un moyen de le rendre encore meilleur puisqu'il est désormais capable de comprendre comment fonctionne une IndyCar, ce qui peut lui donner des points de référence différents lorsqu'il effectuera son retour en F1.

Mais d'un point de vue général, l'engagement de Fernando Alonso a également permis de montrer l'intérêt d'utiliser davantage les réseaux sociaux et de se rapprocher des fans, comme la F1 le fait depuis le changement de propriétaire. Ainsi il ne s'est pas déclaré surpris de l'énorme buzz médiatique qu'a provoqué l'annonce de cette participation. Par contre, il a été agréablement surpris de voir que ses premiers essais, diffusés sur la chaine YouTube de l'IndyCar, avait été suivi par deux millions de personnes à travers le monde : "Cela démontre au monde des sports automobiles, c'est que les fans veulent interagir si on leur fournit du contenu de manière innovante. Cela permet d'avoir des réactions immédiatement sur tous les réseaux sociaux, ce qui n'est pas forcément le cas avec la télévision."

D'un point de vue commercial, on a pu voir que tous les sponsors de l'équipe de F1 étaient également présents sur la monoplace américaine. Cela s'est effectué sans surcoût pour eux mais il s'agit même d'une compensation pour eux : "Il faut savoir quand nous sommes performants et quand nous ne le sommes pas. A l'heure actuelle, nous ne sommes pas performants en piste. Cela a un impact direct sur l'exposition de nos sponsors. Ils ne reçoivent donc pas ce pour quoi ils ont signé. C'est une manière de les compenser."

Si dès l’annonce de cette participation Fernando Alonso clamait son ambition rêvée de remporter la fameuse course, Zak Brown affirme qu’aucun objectif précis n’a été fixé : « C’est sûr qu’il y va pour gagne. Nous n’en avons pas discuté dans le détail sur ce qui peut être considéré comme un bon résultat. Disons que pour tout résultat hors du top 5, vous n’êtes pas forcément aussi satisfaits. Mais un top 5 sera génial. »

Cependant, même en cas de victoire finale au bout des 200 tours autour de l’ovale d’Indianapolis, la dure réalité de la situation en F1 reviendra rapidement dans l’esprit de l’Espagnol : « Son sourire va rester pendant quelques temps. Nous travaillons dur pour être plus compétitif à chaque course. Il était très satisfait de son tour en qualifications en Espagne. Donc tant qu’il sent qu’il peut être compétitif et que nous allons dans la bonne direction, il continuera d’être patient. Mais il est évident qu’il y aura d’autres frustrations à l’avenir. » Le double champion du monde a ainsi déjà fait savoir qu’il se donnait jusqu’à septembre ou octobre avant de prendre une décision quant à son avenir.

Mais si la satisfaction est pour l’instant au rendez-vous, l’impressionnant accident de Sébastien Bourdais alors que le Français était proche de réaliser la pole position a servi de rappel à quel point cette course peut être dangereuse et qu’il ne faut jamais rien prendre pour acquis avant le drapeau à damiers.

De notre envoyé spécial à Monaco

Fernando Alonso tentait un tour de magie dont il a le secret

Fernando Alonso tentait un tour de magie dont il a le secret

Commenter cet article