L'eSport, l'avenir des sports automobiles

Publié le par Matthieu Piccon

A l'occasion de la sortie de l'édition 2017 de son jeu vidéo, la F1 a annoncé le lancement d'un championnat d'eSports afin d'attirer des fans plus jeunes.

Les compétitions de jeux vidéos prennent de plus en plus d'importance, avec d'importes retombées médiatiques et financières. De nombreux clubs sportifs ont déjà commencé à investir dans des équipes dédiées, comme le PSG ou Schalke 04.

Après des années où il n'y avait même plus de jeu de F1, la discipline commence à rattraper son retard, avec la reprise de la franchise par Codemasters l'an dernier. Cette année, le lancement de la version 2017 s'accompagne de l'annonce par les nouveaux propriétaires du lancement d'une compétition en ligne, qui a pour objectif de faire s'opposer des milliers de joueurs à travers le monde.

Le processus de sélection prévoit que les 40 meilleurs seront rassemblés sur deux jours en octobre lors d'une demi-finale qui aura lieu à la Gfinity Arena de Londres puisque la marque s'est spécialisée dans l'organisation de telles compétitions, comme le détaille Nevill Upton, son PDG : "Que la Formule 1 arrive dans l'eSport est signe important que l'eSport est capable d'offrir du divertissement spectaculaire mais également à quel point il est essentiel pour des organisations de pointe de repousser les frontières du divertissement et de l'expérience des fans."

La grande finale rassemblera les 10 meilleurs pilotes. Le lieu de cette finale ne peut être plus prestigieux puisqu'elle sera disputée dans le cadre du Grand Prix d'Abu Dhabi, où le championnat de F1 pourrait également se jouer. Le vainqueur disposera ainsi de son propre personnage dans la version 2018 du jeu de Codemasters, sera automatiquement qualifié pour les demi-finales de l'an prochain et sera invité sur une épreuve de l'an prochain. On est donc loin de ce que Nissan pouvait proposer à travers la Gran Tourismo Academy, qui a permis à de nombreux joueurs de devenir pilotes professionnels, soutenu par le constructeur japonais, comme Jann Mardenborough, lors de l'édition 2011.

Cette nouvelle fut accueillie par enthousiasme par les pilotes de F1, souvent grands amateurs de jeux vidéos. Ainsi en début de saison, Lance Stroll comparait ses performances en piste à celles sur PlayStation tandis qu'Oliver Rowland, qui est actuellement second en F2, a révélé qu'il achetait tous les jeux de Formule 1 et qu'il avait hâte d'essayer la nouvelle version.

Stoffel Vandoorne a également reconnu qu'il avait passé beaucoup de temps à jouer lorsqu'il était plus jeune : "Lorsque j'étais plus jeune, j'ai joué à beaucoup de jeux vidéos de course automobile. C'est une très bonne manière d'être impliqué dans ce sport mais également de développer ses compétences, même si vous n'avez pas exactement les mêmes sensations que dans une vraie voiture." Max Verstappe, qui a également passé beaucoup de temps sur simulateur, se réjouissait également que la F1 commence à rattraper son retard.

Interrogé sur le sujet, Zak Brown, le président de McLaren, appuyait ce dernier point. Il considère même que cela pourrait devenir une étape importante dans la carrière des pilotes à venir : "Les sports automobiles sont très chers et il est difficile d'impliquer les jeunes. Ce n'est pas comme en football où vous pouvez installer un terrain dans la cour de l'école. Je pense donc que les eSports ne vont pas seulement toucher une audience plus jeune mais cela va également devenir un centre de formation pour les sports automobiles pour montrer aux jeunes ce que c'est de piloter une voiture de manière peu chère et amusante."

Il faut dire que McLaren est très impliqué sur le sujet puisque l'équipe a lancé sa propre compétition à destination des joueurs pour que l'un d'entre eux devienne le pilote de simulateur officiel de l'équipe l'an prochain. De son côté, Franz Tost de Toro Rosso irait encore plus loin dans le mélange des genres entre course virtuelle et réelle en organisant une course d'eSport le dimanche matin, en levée de rideau des courses de F1.

La Formule E a mis en place cette année une initiative qui s'en rapproche en organisant à Las Vegas un ePrix, mêlant les pilotes de la discipline avec une sélection de joueurs. C'est d'ailleurs l'un de ces derniers qui avait fini par l'emporter.

De nombreuses initiatives se mettent donc en place et il sera donc intéressant de voir l'évolution dans les années à venir.

La Formule E avait organisé une course opposant joueurs et pilotes professionnels

La Formule E avait organisé une course opposant joueurs et pilotes professionnels

Commenter cet article