Jolyon Palmer se sait sous pression

Publié le par Matthieu Piccon

Le début de saison de Jolyon Palmer n'a pas été à la hauteur des espérances de Renault. Le pilote britannique sait donc que son baquet est menacé.

Le bilan est sans appel et la comparaison cruelle : Nico Hulkenberg a devancé son coéquipier lors des six séances de qualifications et a été en mesure d'inscrire 18 points contre 0 pour le Britannique.

Pendant le week-end à Monaco, il se murmurait même que ce pourrait être le dernier Grand Prix du Britannique au sein de l'équipe Renault, qui entend pouvoir pour la cinquième place du championnat Constructeurs et a donc besoin de deux pilotes capables de marquer des points.

Pourtant, Jolyon Palmer est bien toujours présent en Azerbaidjan. Ce n'est pas pour autant qu'il se sent en pleine confiance. Dans une interview accordée à la BBC, il pointe du doigt sa principale lacune : "Je pense que c'est mon rythme en qualifications. Cela nous fait démarrer la course à reculons."

Mais lorsqu'il est interrogé sur la façon dont il gère cette mauvaise passe, on sent rapidement que le pilote est à fleur de peau et que le point de rupture n'est pas loin : "En évitant ces petites interviews avec la BBC. Ce n'est pas idéal d'arriver le jeudi et que les gens viennent vous dire : "Vous êtes si peu performant. Comment allez-vous changer les choses ? Qu'est-ce que vous allez faire ?"

Voir son équipe réaliser une séance d'essais privés avec Sergey Sirotkin, le troisième pilote de l'équipe, et même Robert Kubica qui ne s'était pas glissé dans une F1 depuis six ans n'aide certainement pas non plus la confiance du pilote. Or le mental et la confiance en soi sont des éléments essentiels pour être performants en piste.

Jolyon Palmer est dans la ligne de mire

Jolyon Palmer est dans la ligne de mire

Publié dans Renault, Jolyon Palmer

Commenter cet article