La cotation de la F1 repoussée à la fin de la saison

Publié le par Matthieu Piccon

McLaren - Singapour by nightAlors que les choses semblaient s'accélérer pour permettre une cotation à la bourse de Singapour dès le mois prochain, Bernie Ecclestone doit se résoudre à accepter la situation économique actuelle : la cotation attendra donc la fin de la saison actuelle.

Alors que l'on s'attendait à la publication par CVC Capital, le principal actionnaire de la discipline, d'un dépliant détaillant son introduction en Bourse, c'est Bernie Ecclestone qui a décidé de s'exprimer dans les colonnes du Guardian pour annoncer ce décalage dans le temps : "Nous n'avons encore fixé une date définitive mais avec tous les probèmes dans la zone euro et sur les marchés, nous allons attendre que les choses se calment un peu. Qui voudrait essayer d'être côté actuellement ? J'ai vu ce que Graff a fait et cela montre que ce n'est pas le bon moment. Cette année, c'est sûr, nous allons aller sur les marchés. Je ne pense pas qu'il y ait urgence mais nous planifions de le faire d'ici la fin de l'année. Avec la situation actuelle, les gens ne veulent pas investir. Regarder les marchés : si les gens ne veulent pas acheter les actions d'entreprises qui sont sur les marchés depuis 20 ans, pourquoi viendraient-ils pour investir dans une nouvelle maintenant ?"

Le supremo de la F1 fait ici référence à une autre cotation majeure sur les marchés asiatiques qui vient d'être décalée, celle du bijoutier londonien Graff. Celui-ci a, en effet, reconnu que la baisse significative de l'index de Hong Kong (-12% depuis le 7 mai, date à laquelle ses dirigeants ont commencé à rencontrer les investisseurs institutionnels) présentait un risque important pour son introduction au sein de cette bourse. Leur décision a sans doute été confortée par le cours de bourse d'un de leurs principaux concurrents, Tiffany, qui a perdu 14% de sa valeur dans le même intervalle de temps.

Evidemment, l'autre grande nouvelle sur les marchés a été l'introduction ratée du réseau social Facebook : alors que son action a été placée à 38 dollars, elle n'était échangée qu'à hauteur de 27 dollars une semaine plus tard. Bernie Ecclestone a reconnu que cela avait également pesé dans la balance : "Facebook a évidemment été un problème mais le prix qu'ils demandaient était ridicule. Je ne saurais jamais comment ils ont pu obtenir ce chiffre."

Si l'on exclut Facebook, les 72 entreprises américaines qui se sont introduites en bourse cette année sont parvenues à lever 13,1 milliards de dollars, ce qui représente une baisse de 53% par rapport aux montants levés au cours de la même période en 2011. C'est pourquoi les dirigeants de la F1 ont décidé de se donner du temps : "Nous allons attendre octobre ou novembre, lorsque la saison de Formule Un sera terminée parce qu'à l'heure actuelle, nous n'avons juste pas le temps de faire le tour des investisseurs."

Cela laisse donc une fenêtre de tir pour d'autres investisseurs afin d'entrer au capital de la F1, comme viennent de le faire les trois fonds d'investissements Waddell & Reed, BlackRock et Norges Bank. En effet, il est plus aisé de s'entendre avec un nombre limité d'interlocuteurs plutôt qu'avec les milliers de petits porteurs qui caractérisent les entreprises cotées en Bourse. Peut-être les écuries réaliseront-elles tout l'intérêt économique qu'elles auraient à s'unir pour racheter leur propre discipline, à l'image de ce qui se fait aux Etats-Unis...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article