Force India a perdu 40 millions de livres en 2009

Publié le par Matthieu Piccon

Force India - Vijay MallyaEtre détenue par un milliardaire peut présenter d'importants avantages pour une écurie de Formule 1. Cela permet ainsi d'afficher d'importantes pertes, sans pour autant voir son activité arrêtée ou cédée à une tierce personne. C'est le cas de Force India qui a perdu 40 millions de livres sterling sur l'exercice 2009, sans que Vijay Mallya ne songe à la céder.

Les pertes de l'écurie indienne se sont donc creusées de 7 millions de livres supplémentaires par rapport à 2008. Il faut dire qu'elle aura subi une baisse de son chiffre d'affaires de près de 15% par rapport à l'année précédente, pour n'atteindre plus que 31,5 millions de livres. Mais l'écurie souhaitait remonter au classement (elle n'était que 9ème en 2009) et a donc décidé d'augmenter son budget de recherche et développement (le nerf de la guerre en Formule 1) de 7,7% pour atteindre 19,3 millions de livres.

L'intervention de son milliardaire de propriétaire prend deux formes bien distinctes. La plus visible est le sponsoring de 6,5 millions de livres accordé par deux entreprises appartenant à sa galaxie de marques : la compagnie aérienne Kingfisher et la marque de whisky Whyte & Mackay. Cela explique pourquoi cette dernière n'a pas hésité à lancer une déclinaison de sa boisson au nom des trois pilotes actuels de l'écurie. Mais Vijay Mallya a également apporté un complément de sources de financement à l'écurie en lui accordant un prêt de 9 millions de livres via son entreprise suisse Modall Securities.

D'importantes conséquences de l'héritage Spyker

La situation est donc loin de celle connue à l'époque de Spyker, son précédent propriétaire. Si le constructeur néerlandais avait acquis l'écurie à la fin de la saison 2006 à Midland, il avait été contraint de la revendre un an plus tard après avoir enregistré une perte de 35,7 millions d'euros. Alors que le business plan prévoyait une situation neutre en termes de cash flow, cette perte avait remis en cause l'existence même du petit constructeur de voitures de luxe puisque la Formule 1 s'était révélée trop coûteuse pour une si petite entreprise. Il avait alors dû trouver un accord en toute urgence avec la banque lituanienne Snoras, qui en a profité pour entrer dans son capital (elle a dû en ressortir lors de l'achat de Saab au début de l'année). Celle-ci est, par ailleurs, devenue au cours de la saison un des sponsors les plus vus sur les flancs des Renault.

Cependant, cet épisode sous pavillon néerlandais a entraîné Force India dans une série de déboires judiciaires, qui pourraient se transformer en d'importantes nouvelles pertes à l'avenir. La première affaire dans laquelle elle est impliquée concerne le paiement d'un million de livres à son ancien team manager Colin Kolles. Celui-ci occupe désormaisle même poste au sein de la petite écurie espagnole HRT. L'autre sujet qui a conduit l'écurie devant les tribunaux britanniques concerne l'arrêt du sponsoring d'Etihad et Aldaar à Spyker lors de la vente de l'écurie. La Cour d'appel de Londres a tranché le mois dernier en faveur des deux entreprises d'Abu Dhabi.

Enfin, l'écurie a également dû régler un million d'euros à la soufflerie italienne Aerolab alors qu'elle lui reprochait d'avoir céder le bénéfice de son travail à Lotus.

Quels pilotes pour 2011 ?

L'écurie va recevoir davantage de revenus en 2010 de la part de la FOM puisqu'elle a réussi à se classer septième à l'issue du championnat. Cependant, elle aurait pu faire encore mieux : elle n'a été devancé au classement général par Williams que par un tout petit point. Vijay Mallya explique cet échec par une meilleure course au développement réalisée par l'écurie de Sir Franck : "Nous avions 17 points d'avance alors qu'il ne restait plus que cinq courses. Donc, si nous sommes tombés de la sixième à la septième place, nous n'avons qu'à nous en prendre à nous mêmes. Williams s'est beaucoup amélioré et à partir de septembre, nous avons commencé à nous concentrer massivement sur la voiture de 2011 et avons moins dépensé sur celle de 2010. Une combinaison de ces deux facteurs nous a certainement coûté la sixième place pour un tout petit point."

Il lui reste donc désormais à officialiser ses deux pilotes pour l'an prochain : théoriquement Vitantonio Liuzzi dispose d'un contrat pour 2011 mais le fait de voir Adrian Sutil et Paul di Resta se rélayer lors des essais Pirelli d'hier ne devrait pas pousser l'Italien à un excès d'optimisme, tant les candidats sont nombreux : Nico Hülkenberg, remercié par Williams, Nick Heidfeld, voire Karun Chandhok ou Narain Karthikeyan à qui la perspective d'un Grand-Prix en Inde donnent de grands espoirs.

L'homme d'affaires a cependant tenu à préciser qu'il ne ferait pas de compromis sur la qualité des pilotes : "Vous savez, tout le monde n'arrête pas de me demander à propos d'un pilote indien. Même si j'adorerai avoir un pilote indien dans la voiture, ne vous méprenez pas là-dessus, nous dépensons des centaines de millions de dollars pour développer la voiture pour se battre pour des centièmes de seconde. Je ne peux pas faire de compromis sur la qualité et le talent des pilotes. Nous avons seulement un ou deux pilotes indiens. Nous les avons mis dans le simulateur pour les comparer à d'autres options possibles. Nous prendrons notre décision dans le meilleur intérêt de l'équipe parce que nous voulons clairement marquer des points, nous voulons être sur le podium. Rien ne donnerait plus de plaisir que d'être sur le podium du Grand-Prix d'Inde inaugural en 2011. Mais nous avons besoin de pilotes capables de le faire."

Les discussions devraient donc être intenses dans les coulisses de l'écurie indienne dans les prochains mois...

Publié dans Sahara Force India

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article