Tata Communications lance un concours de 50.000 dollars

Publié le par Matthieu Piccon

A l’occasion de notre rencontre, Mehul Kapadia, le responsable F1 au sein de Tata Communications, a pu nous détailler le contour du concours que son entreprise a lancé en partenariat avec la FOM et l’équipe Mercedes.

Lors du Grand Prix de Silverstone, Tata Communications a lancé un concours, nommé le F1 Connectivity Innovation Prize, afin de faire appel à l’intelligence collective pour que les fans puissent donner leurs propres idées sur la façon dont la F1 pourrait encore s’améliorer dans la communication de ses données auprès du grand public. L’intérêt pour les participants est évident : le premier prix recevra la somme de 50.000 dollars tandis que d’autres partiront tous frais payés au Grand Prix de Monaco 2015.

Le panel des juges est à la hauteur des enjeux financiers : outre notre hôte du jour, nous retrouverons également Lewis Hamilton et Paddy Lowe de Mercedes, John Morrison le directeur technique de la FOM ainsi que le commentateur et ancien pilote Martin Brundle.

C’est avec ses deux années et demi de vécu en F1 qu’est née l’idée de créer un concours animé par les fans afin d’améliorer l’information des fans : « L’idée est d’attirer différents talents, de susciter une réflexion générale sur la manière dont nous pouvons rendre le sport encore plus créatif pour les fans. C’est l’un des sports les plus avancés. Tout ce que fait la FOM est génial et la F1 a amené énormément d’innovations pour le grand public. Donc en tant que fournisseur de connectivité, comment pouvons-nous favoriser la réflexion autour de la connectivité du sport ? Le message que nous voulons faire passer est : voici la technologie, utilisez là et dites-nous ce que nous pouvons faire d’encore mieux. C’est comme cela que nous avons eu l’idée de ces challenges afin de favoriser la science et la technologie. Cela permet donc à des gens de participer à une plateforme mondiale et d’être au cœur d’un sport qu’ils aiment. »

Trois challenges lors de trois courses différentes

Pour son concours, Tata Communications a décidé de mettre en place trois challenges successifs. Le premier a été révélé lors du Grand Prix de Silverstone tandis que les deux autres le seront à Monza et à Austin. Ce timing ne doit évidemment rien au hasard : « Ce cadencement nous permet de lancer le premier challenge, étudier les propositions et choisir les vainqueurs, puis de lancer le nouveau challenge etc. Cela a le mérite de pousser les gens à se concentrer sur un seul challenge à la fois plutôt que de se disperser sur différents sujets. Silverstone est considéré comme la maison des sports automobiles, Monza est une course iconique avec Ferrari tandis qu’Austin génère énormément d’attention sur le marché américain. Cela nous permet donc de toucher différentes zones géographiques et d’avoir le bon rythme pour animer le concours. Comme ça, à la fin de la saison, nous pourrons annoncer qui est le grand vainqueur. »

Pour conquérir le grand prix de 50.000 dollars, le mode de sélection sera le suivant : deux vainqueurs seront choisis pour chacun des trois challenges. Parmi ces six vainqueurs, un sera choisi en tant que grand vainqueur. Les autres pourront se consoler en se rendant au Grand Prix de Monaco 2015.

Le premier challenge est orienté autour des données du live timing que la FOM met à disposition des fans sur son site.

La faisabilité, un critère essentiel

Les idées qui seront récompensées lors des différents challenges pourront être mises en place, si elles sont techniquement réalisables. La faisabilité des idées sera ainsi l’un des principaux critères de sélection. Si l’on pourrait craindre que cela limite la créativité des participants, Mehul Kapadia y voit plutôt une question de pertinence des idées : « Si c’est une très bonne idée mais qu’elle ne peut pas être mise en place, elle perd en pertinence. Dans ce cas, comment cela peut-il être une bonne idée ? On peut établir là un parallèle avec la construction des F1 de cette année : il y a une réglementation en place, avec des spécifications techniques bien précises. On peut voir que Mercedes fait un superbe travail en restant à l’intérieur de cette réglementation. Voilà la pertinence de leur créativité. Il s’agit de rester dans le réel, dans le concret. »

Pas ouvert en France

Si ce concours est d’envergure mondiale, il n’est malheureusement pas ouvert à la France, en raison de nos lois trop restrictives pour tout ce qui concerne les concours avec gains financiers à la clé. Mekul Kapadia est le premier à s’en excuser : « Je suis vraiment désolé que cette compétition ne soit pas ouverte au marché français. Comme vous le savez, il s’agit d’une compétition mondiale. Nous avons donc dû regarder chacune des lois dans les différents pays afin de savoir où nous pouvions mettre en place ce concours, dans le cadre temporel que nous souhaitions et, malheureusement, ce n’était pas possible en France. »

De notre envoyé spécial à Silverstone

Commenter cet article