Programme d'investissement de 50 millions de livres chez Force India

Publié le par Matthieu Piccon

Sahara Force India - Paul di RestaForce India n'est pas parvenu à se hisser mieux que septième au classement des constructeurs. Afin d'aller de l'avant, l'écurie va bénéficier d'un programme d'investissements de 50 millions de livres sterling validé par son conseil d'administration.

Cette annonce effectuée par Vijay Mallya arrive dix jours après que l'homme d'affaires indien ait cédé plus de la moitié de son empire United Spirit à Diageo pour la modique somme de deux milliards de dollars.

Ce plan d'investissements, annoncé sur le site officiel de la F1, doit permettre à l'écurie de Silverstone de renouveler ses outils de travail, qui remonte pour la plus part à l'époque Jordan, soit à au moins la saison 2005. Autant dire une éternité à l'échelle de la F1, où des nouveautés sont apportées à chaque course...

Il a ainsi déclaré : "Si l'on regarde la saison jusqu'à présent, nous avons toutes les raisons d'être fiers. Nous avons marqué plus de points que lors de toutes les saisons précédentes et nous avons franchi un échelon à chaque saison. Et nos pas ont été très importants, pas des pas de bébés. Etant donnés les outils que nous avons, qui datent pour la plupart de l'ère Jordan, nous avons été exceptionnellement bons."

Néanmoins, ce programme ne signifie pas pour autant que Force India entend se lancer dans une guerre des budgets avec ses plus proches rivaux (Sauber, Williams...). En effet, s'il dispose d'une fortune colossale (comme le prouve son immense yacht dans le port de Monaco lors des Grand Prix dans la Principauté), Vijay Mallya n'en est pas moins favorable au RRA, l'accord de restrictions sur les ressources mis en place entre les écuries : "Le RRA dont le détenteur des droits commerciaux et la FIA parlent depuis un certain temps est quelque chose qui doit être mis en place. Cela donnera à tout le monde un niveau confortable et un terrain de jeu à niveau. En ce qui concerne Sahara Force India, tout va bien. En fait, avec Subrata Roy, nous avons rencontré Bernie Ecclestone à New Delhi lors du Grand Prix et lui avons montré que Force India était stable et sain financièrement."

Il lui reste maintenant à trouver un successeur à Nico Hülkenberg. Son successeur pourrait ainsi être... son prédecesseur, Adrian Sutil. Mais le Français Jules Bianchi est également sur les rangs.

Publié dans Sahara Force India

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article