Déficit de 36 millions de dollars pour le Grand-Prix de Corée

Publié le par Matthieu Piccon

Red Bull - Mark Webber, YeongamLes années se suivent et se ressemblent : la Corée du Sud a enregistré sa troisième perte financière consécutive, avec un nouveau déficit de 36 millions de dollars sur l'édition 2012.

Ce sont les organisateurs eux-mêmes qui ont révélé l'information à Reuters : "Il est difficile de dire ce que sera l'impact de cette perte sur l'année prochaine. Même si nous sommes inquiets de ces pertes, le déficit sur une troisième année consécutive est un effet de court terme. Sur le long terme, la F1 va apporter davantage de retombées pour le pays. Cela va non seulement aider l'industrie automobile de Corée du Sud mais va également aider le développement de nouvelles industries."

Ce nouveau déficit arrive après une perte inaugurale de 50 millions de dollars en 2010 et près de 60 millions l'an passé. La principale raison de ce déficit chronique est que le circuit ne parvient pas à attirer les foules locales alors que la billetterie est pratiquement la seule source de revenus laissée par Bernie Ecclestone. La situation géographique de Yeongam, à plus de 400 kilomètres au sud de Séoul, n'aide pas à remplir les tribunes.

Cependant, l'arrivée de la Corée du Sud est un investissement de long terme puisqu'elle a signé un contrat de sept ans, avec une option pour cinq saisons complémentaires. D'ici 2021, il est à espérer que les autorités locales sera parvenue à mettre en place l'Automobille Valley, qui était au coeur du projet initial.

La comparaison avec un circuit comme Suzuka n'en reste pas moins cruelle pour le pays du Matin Calme puisque le circuit japonais attire souvent plus de 120.000 spectateurs, même si les deux dernières éditions ont été un peu plus compliquées : Yoshihisa Ueno, son responsable presse, a ainsi déclaré : "Par rapport aux années fastes, les choses sont devenues un peu plus difficiles mais nous avons eu 103.000 spectateurs lors du jour de la course. L'an passé, avec le désastre nucléaire et le tsunami, les chiffres étaient en baisse mais cette année, d'un point de vue économique, a été une année réussie."

Il est ainsi intéressant de noter que Suzuka, avec Silverstone, est l'un des rares Grand Prix à ne pas être subventionnés par le gouvernement et doit donc nécessairement réussir à au moins équlibrer ses comptes. Il démontre donc que cela est possible. Espérons que leurs homologues français parviendront un jour à résoudre la même équation...

Publié dans Circuits, Corée du Sud, Yeongam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

agence matrimoniale Paris 23/11/2012 09:29


36 millions de dollars de pertes c'est colossal