Renault ne sera plus simple motoriste en F1

Publié le par Matthieu Piccon

Pour la première fois, Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a confirmé que le Losange ne serait plus un simple motoriste en F1. Les négociations ont donc débuté avec Red Bull pour mettre un terme au contrat actuel.

Après des mois de récriminations de la part de Red Bull, le point de non retour semble avoir été atteint pour Renault. A l'occasion du Salon de Francfort, Carlos Ghosn a donc fait savoir à Autosport que Renault ne resterait pas dans la situation actuelle, à savoir être un simple motoriste : « Nous l'avons clairement dit, c'est terminé. Nous avons déjà alerté les autorités de la Formule 1 en leur disant : "Ne comptez pas sur nous en tant que motoriste. C'est fini."»

Alors que le contrat actuel avec Red Bull et Toro Rosso devait s'étendre jusqu'en 2016, les négociations ont commencé pour y mettre un terme : « Nous allons honorer nos contrats, aucun problème là-dessus. Mais la situation où Renault est un développeur et fournisseur de moteurs est terminé. »

Lui qui n'a jamais été particulièrement fan de sport automobile attend avant tout un retour sur investissements de sa présence en F1, ce qui était de moins en moins le cas : «Malheureusement, lorsque nous gagnions les championnats, le nom Renault n'était jamais mentionné. C'était l'équipe qui gagnait. Nous commencions donc déjà à trouver que notre retour sur investissements était très faible. »

Dès que les succès se sont éloignés avec l'introduction du nouveau moteur, les choses se sont encore plus compliquées puisque le nom Renault était alors mentionné mais pour expliquer le manque de performance de ses équipes clientes : « Cela s'est intensifié lorsque la technologie a changé et nous sommes passés des moteurs V8 à la technologie actuelle. Certaines de nos équipes n'allaient pas très bien et la raison est devenu le moteur. »

Il reproche donc le manque d'esprit d'équipe de son futur ex-partenaire dès que le vent à tourner après quatre titres consécutifs : « Je pense que c'est une question d'esprit d'équipe. Pour nous, si nous sommes dans un sport en travaillant avec d'autres personnes alors nous gagnons et nous perdons ensemble. »

Pour autant, Renault est toujours dans la phase d'analyse, avec deux options encore sur la table, comme il l'a confirmé auprès d'Autocar: « Notre futur est le sujet d'une analyse détaillée et de renégociations. Soit nous allons partir, soit nous allons avoir notre propre équipe. Nous n'avons pas encore pris notre décision finale. »

Il est donc fort probable que Red Bull soit désormais motorisé par Ferrari puisque Mercedes a déjà fait savoir qu'il n'était pas intéressé par la perspective de travailler avec un rival direct. D'autant moins que Renault et Mercedes sont désormais liés par une alliance tant industrielle que capitalistique.

La facture s'annonce donc salée pour l'équipe de Milton Keynes puisqu'elle va voir ses coûts augmenter tout en perdant des recettes. En effet, si Renault n'est plus le motoriste de l'équipe, Infiniti, la filiale de luxe de son partenaire Nissan, arrêtera également certainement d'être le sponsor-titre. De même, Total est historiquement lié à Renault et quittera également l'équipe en même temps que le Losange.

Dans le même temps, Red Bull sera contraint de régler les 20 millions de dollars dus en tant que simple client de Ferrari.

Getty/Red Bull - La fin est proche entre Renault et Red Bull

Getty/Red Bull - La fin est proche entre Renault et Red Bull

Publié dans Renault, Moteurs, Red Bull

Commenter cet article