Waddell & Reed détient désormais 20,9% de la F1

Publié le par Matthieu Piccon

Force-India---tous-les-pilotes-2012.jpgCVC Capital, qui détenait la majorité de la F1, a décidé de poursuivre son désengagement puisque le fonds d'investissement vient de céder une nouvelle participation valorisée à 500 millions de dollars à Waddell & Reed, qui avait déjà participé à la première vente du mois dernier.

C'est une nouvelle fois le fonds d'investissement vendeur qui a révélé l'information, à travers un communiqué de presse : "CVC Capital Partners est ravi d'annoncer que plusieurs fonds gérés par Waddel & Reed Investment Management Company et Ivy Investment Company ont aujourd'hui accepté d'investir 500 millions de dollars dans un placement privé dans la Formule 1 pour une valeur d'entreprise de 9,1 milliards de dollars. Ils ont donc porté leur participation totale à 20,9%."

La valorisation totale du sport est donc maintenu dans la tranche 9 à 10 milliards de dollars, ce qui est l'objectif pour l'introduction à la Bourse de Singapour (même si celle-ci a été repoussée à au moins de la fin de la saison actuelle afin de trouver des marchés financiers plus favorables). On peut donc estimer que Waddel & Reed vient d'acquérir 5,5% supplémentaires par rapport à son investissement initial. C'est donc à peu près la participation des deux autres fonds d'investissement Norges Bank Investment Management et BlackRock puisque la vente initiale portait sur un total de 21%.

Avec cette nouvelle vente, CVC permet d'augmenter son cash flow tout en restant l'actionnaire principal du sport, ce qui lui permet de conserver les rênes de l'introduction en Bourse, qui devrait se concrétiser par une nouvelle plus-value importante pour le fonds. Dans le même temps, les différentes écuries se disputent toujours, dans les négociations pour les Accords Concorde, les quelques miettes (qui représentent tout de même des sommes très conséquentes) laissées par les financiers et Bernie Ecclestone.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article