Vitaly Petrov critique ouvertement Lotus Renault GP

Publié le par Matthieu Piccon

Lotus-Renault-GP---Vitaly-Petrov.jpgVitaly Petrov n'a pas l'image d'un grand communicant et ses interviews sont généralement un exemple parfait de langue de bois limitée au strict minimum. Pourtant, le Russe s'est lâché lors d'une interview accordée à une télévision russe et a clairement mis en cause le développement technique et la stratégie de son écurie. Son avenir au sein de la structure d'Enstone est donc peut être compromis, malgré son contrat.

Il a ainsi vidé son sac sur le plateau de Rossiya 2 : "Nous avons été très bons pendant les cinq ou six premières courses de la saison. Nous ne pouvions pas nous battre avec Ferrari, Red Bull ou McLaren mais nous étions beaucoup plus rapide que Mercedes. Lors des dix dernières courses; nous n'avons rien fait. Nous conduisons presque la même voiture qu'au début de la saison."

Il est vrai que les résultats ont connu une véritable chute aux enfers par rapport au début de saison, où Nick Heidfeld et le Russe parvenait chacun à réaliser un podium. Avec un pilote du calibre de Robert Kubica, cela aurait même pu se concrétiser par une victoire. Or depuis, les monoplaces noir et or ont disparu du peleton de tête, comme cela a été le cas à Abu Dhabi.

C'est alors que la charge au vitriol a commencé : "Bien entendu, le premier podium a été une excellente chose pour moi, pour toute la Russie et tous les fans. Mais depuis je suis juste énervé contre tout et j'essaye de faire quelque chose. Malheureusement, je ne peux rien dire de négatif sur l'équipe. C'est écrit dans mon contrat. Lisez mes interviews. Je ne critique pas une équipe qui a perdu beaucoup de fois. Combien avons-nous perdu lors des arrêts aux stands ? Combien avons-nous perdu sur la stratégie ? A cause de ce genre de choses, nous avons perdu environ dix courses, si ce n'est pas plus. Malheureusement, je ne peux dire dans une interview que nous avons perdu lors des arrêts aux stands ou quelque chose de ce genre. Je ne peux toujours pas en parler mais, en même temps, je ne peux pas me taire pour toujours. J'en assez. Je ne peux pas tout garder en moi."

Après une telle sortie fracassante, il est légitime de se poser des questions sur son avenir au sein de Lotus Renault GP, malgré son contrat qui lie les deux parties pour l'an prochain. Le pilote de 27 ans reconnait lui-même que si son employeur ne veut pas le garder, il ne pourra pas faire grand chose, malgré son contrat : "C'est la Formule Un. C'est le business. Au fur et à mesure, ils veulent toujours plus : d'argent, de sponsors, de pilotes autour d'eux. Regardez le nombre de pilotes pour Williams. Je crois qu'ils sont 20 à vouloir prendre la seconde place. Dieu merci, je n'en fais pas partie. Pour moi, je pense que les choses sont claires : j'ai un contrat. Mais comme je l'ai déjà dit, on a même demandé à un champion du monde, Kimi Raikkonen, de quitter la Formule Un pour une certaine somme. C'est un monde où tout est possible. Ca sera dur de s'opposer à eux s'ils veulent licencier quelqu'un."

Son agent, Oksana Kosachenko, a d'ores et déjà essayé de limiter les dégâts de cette sortie puisqu'elle a déclaré à l'agence RIA-Novosti : "Cette année, les deux parties ont été assez dures. De temps en temps, l'équipe ne parlait pas de ses pilotes de manière flateuse. Vitaly a franchi la ligne jaune lors de sa dernière interview télévisée avec Rossiya 2, je dois le reconnaitre. Certaines mesures sur le sujet ont déjà été prises. Le management de l'équipe a décidé de limiter les communications de Vitaly Petrov avec les médias."

L'équipe qui s'appellera Lotus l'an prochain pourrait donc chercher deux pilotes. Cela pourrait donc être une très bonne chose pour Romain Grosjean, d'autant plus que Bruno Senna est loin de convaincre au volant de la R31 depuis son rempacement de Nick Heidfeld...

Publié dans Lotus, Vitaly Petrov

Commenter cet article