USF1 condamnée par la FIA

Publié le par Matthieu Piccon

USF1---Logo.jpgOn ne met pas en défaut la FIA et la FOM de Bernie Ecclestone impunément. Les dirigeants du projet USF1 l'apprennent à leurs dépens. En effet, pour ne pas avoir été en mesure de rassembler suffisamment de fonds pour être présent à Bahrein, feu l'écurie américaine a été condamnée par le Conseil Mondial de la FIA à une amende de 309.000 dollars.

Cette somme correspond aux droits d'inscription au championnat du monde de Formule 1. De plus, elle devra également régler les frais engagés par la FIA dans le cadre de cette procédure. Enfin, pour sensibiliser les nouvelles écuries candidates à la 13ème place laissée vacante par l'écurie de Charlotte, au sérieux dont elles doivent faire preuve, USF1 a été interdite de toute compétition homologuée par la FIA...

Ce dernier point n'est pas le pire puisqu'USF1 n'a existé que sur le papier. Elle n'était engagée dans aucune autre compétition et ne l'est toujours pas. L'interdiction ne lui pèse que très peu puisqu'elle ne touche que la structure en tant que telle et non ses membres. De même, ce genre d'interdictions peut disparaitre du jour au lendemain comme on a pu le voir avec le retour dans les paddocks effectué par Flavio Briatore lors du dernier Grand-Prix de Monaco. Le banni de la Formule 1 (théoriquement jusqu'à la fin 2011) avait ainsi reçu un pass de son grand ami, Bernie Ecclestone.

De trop longues négociations des Accords Concorde

Pour les avocats d'USF1 cela aurait rebuté les sponsors potentiels qui s'étaient engagés contractuellement à hauteur de 26 millions de dollars jusqu'en décembre 2009, pour un paiement en janvier 2010. Néanmoins, la FIA estime que seul un contrat de 8 millions de dollars était réellement contraignant tandis que les deux autres contrats n'étaient que des déclarations d'intention non engageantes. C'est ainsi que dans le business plan soumis à la FIA en mai 2009, 30 millions de dollars de sponsoring étaient prévues tandis que les propriétaires de l'écurie, dont le fondateur de YouTube Chad Hurley, allaient investir 20 millions de dollars. Le résultat net était alors estimé à une perte de 300.000 dollars sur la saison. Ce budget global de 60 millions de dollars n'était donc pas très éloigné des 50 millions d'euros évoqués dans le Papier Blanc sur le Plafonnement des Coûts préparé en novembre 2008 par la FIA.

Les Américains affirment que les longues négociations pour aboutir à la signature des nouveaux Accords Concorde en juillet 2009 (avec les risques de série parallèle un temps avancée) avaient conduit à retarder les signatures définitives des contrats de sponsoring.

Les déclarations de Bernie Ecclestone en cause ?

Mais surtout, Bernie Ecclestone et ses déclarations tonitruantes semblent être au coeur de l'affaire. Les membres de la défense ont ainsi plaidé que les déclarations dans la prsse de Bernie Ecclestone mettant en cause explicitement la viabilité du projet américain avaient conduit à sa perte. Ainsi le rapport de la FIA rappelle que Bernie Ecclestone avait déclaré le 29 septembre 2009 que "USF1 peut être en danger". Les mêmes inquiétudes avaient été transcrites dans la presse le 22 décembre 2009 alors qu'il restait moins de trois mois avant le début de la saison.

Pour USF1, cela constitue un cas de force majeur, qui l'a empêché de se rassembler normalement les fonds nécessaires. La FIA dément cette affirmation puisqu'il ne s'agit "que" d'une affaire financière. Un cas de force majeur est caractérisé par un événement extérieur, inévitable et qu'il était impossible de prévoir. Or le manque de fonds est exclu de cette définition par les Accords Concorde de juillet 2009. Le Conseil Mondial a donc estimé qu'en n'annonçant que le 3 mars 2010 son impossibilité de participer au championnat 2010, USF1 s'est rendu coupable d'infraction au Code International de la FIA et a nui aux intérêts du Championnat et de la FIA. Cela ne pouvait pas rester sans sanction de la part des instances dirigeantes.

Publié dans FIA-FOTA-GPDA, USF1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article