Toutes les écuries de F1 payent leurs factures en retard

Publié le par Matthieu Piccon

Force India - Norbert Haug, Vihay MallyaSi la F1 est l'un des sports les plus rapides du monde, on ne peut pas dire la même chose quant il s'agit de payer leurs factures dues à leurs fournisseurs. En effet, aucune écurie n'a respecté les délais imposés. Si la moyenne est à neuf jours de retard, il y a néanmoins de fortes disparités parmi les douze équipes du plateau.

L'édition 2011 de l'étude menée par Dun & Bradstreet est à double tranchant. En effet, la moyenne s'est sensiblement améliorée par rapport à l'an dernier, où la moyenne atteignait 28 jours de retard. Elle retrouve donc son niveau de la période décembre 2009-avril 2010. Néanmoins, il s'agit de la première fois depuis le lancement de l'étude en 2008 qu'aucune écurie n'a honoré les délais impartis.

Parmi les meilleurs élèves, on retrouve une nouvelle fois Toro Rosso, qui n'avait qu'un jour de retard alors que son écurie-mère, Red Bull Racing, a été plus laxiste du côté de ses finances qu'en piste. L'équipe championne du monde n'envoyait donc ses réglements que cinq jours après la date échue. Les deux écuries de Dietrich Mateschitz sont donc dans le top 4 des écuries, ce qui est une performance de groupe honorable.

Elles entourent deux équipes plus modestes puisque Sauber avait presque la régularité d'une horloge suisse avec ses deux jours de retard et Williams n'honorait ses factures que trois jours trop tard. Il est donc intéressant que deux écuries indépendantes sont parmi les meilleurs payeurs alors que leur situation financière a été largement compliquée par le départ de nombreux sponsors et/ou actionnaires au cours des années précédentes. Les auteurs de l'étude révèlent pourtant que Sauber réglait l'an passé ses factures avec 17 jours d'avance ! Cette situation est très paradoxale alors que cela crevait de manière inutile ses ressources en cash, élément indispensable à la survie de toute entreprise. Quant à l'équipe de Grove, elle a divisé ses retards par trois ans, ce qui pourrait une conséquence directe de son introduction en bourse, ce qui nécessite une plus grande rigueur comptable.

Les relations avec les fournisseurs s'est singulièrement améliorée pour deux autres équipes, à savoir Force India et surtout Team Lotus (devenue depuis Caterham). En effet, l'écurie de Tony Fernandes avait un large impact sur la moyenne de l'an passé avec ses... 180 jours de retard ! Le versement des millions de dollars liés à la dixième place au championnat du monde des constructeurs aura permis de fluidifier la trésorerie en ramenant les retards à "seulement" neuf jours. De même, alors que Vijay Mallya doit faire face à de gros ennuis financiers avec sa compagnie aérienne Kingfisher (l'un des plus gros sponsors de son écurie), Force India honore ses dettes plus rapidement puisqu'elle a ramené son retard de 30 jours à huit en l'espace d'un an.

Aux cinq dernières places, on retrouve donc les écuries liées à des constructeurs autombiles puisque McLaren douze jours de retard, soit un de plus que Mercedes GP. Les retards de Lotus Renault GP se sont encore légèrement accumulés, avec un passage de 14 à 16 jours de retard. On retrouve ensuite Marussia, qui faisait pourtant partie des meilleurs payeurs lors de la saison précédente, avec 17 jours de délai. Ferrari trône tout en haut de la pyramide des mauvais payeurs avec ses 18 jours, soit deux de plus que l'an passé.

Quant à HRT, il semblerait qu'il ne soit toujours pas possible d'avoir des données fiables alors que l'écurie espagnole entre sa troisième année d'existence. Les controverses au cours des derniers mois sembleraient donc être confirmées par cette absence remarquée...

Publié dans Le business de la F1

Commenter cet article