Toro Rosso signe un accord avec CEPSA

Publié le par Matthieu Piccon

Toro-Rosso---CEPSA.jpgAnnoncé depuis plusieurs semaines, l'accord définitif entre Toro Rosso et CEPSA vient d'être annoncé par l'écurie de Faenza. C'est donc la troisième entreprise détenue par le groupement d'Abu Dhabi IPIC, qui rejoint les rangs de l'écurie, ce qui pourrait être le signe d'un changement plus radical pour l'an prochain.

Pour l'accord passé avec CEPSA, le communiqué révèle que le logo de l'entreprise espagnole va faire son arrivée de manière remarquée puisqu'il sera présent sur les combinaisons de Jaime Alguersuari et Sébastien Buemi ainsi que sur les museaux, ailerons arrières et soutiens des ailerons arrières de leur monoplace.

Or Toro Rosso avait déjà reçu le soutien de la banque privée suisse Falcon Private Bank depuis le Grand-Prix d'Espagne. Or le propriétaire de cette banque n'est autre qu'Aabar, qui fait partie du fonds souverain d'Abu Dhabi, International Petroleum Investment Company (IPIC). Ce groupement a réussi à placer une autre de ses entreprises sur les monoplaces de Toro Rosso puisque Nova Chemicals a également fait son apparition, même s'il n'y a pas eu de communiqué pour l'annoncer.

L'ensemble de ces annonces renforcent la tendance que nous esquissions fin mai : un rachat par IPIC (ou une de ses entreprises) de l'écurie. Cela se traduirait par un changement radical du code-couleur de l'écurie afin d'adopter celui d'un de ses nouveaux propriétaires. Ce ne serait pas forcément une excellente nouvelle pour Jaime Alguersuari puisque celui-ci a été sponsorisé dans le passé par Repsol, un pétrolier rival de CEPSA.

Pourtant, ce rachat priverait Red Bull d'une formidable école de formation pour ses jeunes pilotes, à moins qu'un accord dans ce sens soit tissé entre les deux structures. Cette option n'est pas à exclure lorsque l'on lit les déclarations de Franz Tost à Autosport : "Pour constuire l'équipe, faire venir davantage de personnes et améliorer la performance, vous avez besoin d'un peu plus d'argent. Nous avons la chance d'être dans la position où de nouveaux sponsors arrivent et, avec Red Bull, je suis heureux d'avoir ces entreprises à nos côtés. Avec une meilleure place au championnat des constructeurs, nous pourrions également avoir plus d'argent. Mais en même temps, nous le dépenserions également."

L'autre inconvénient est qu'Aabar détient 40% du capital de Mercedes GP et 9% de celui de la maison-mère, Daimler. Il pourrait donc y avoir quelques conflits entre les différentes entités, d'autant plus que Toro Rosso est actuellement motorisé par Ferrari, soit un rival direct de Renault (Red Bull) et de Mercedes. Si le rachat devait donc se concrétiser, il y aurait donc beaucoup plus qu'un changement de peinture sur les voitures.

Publié dans Toro Rosso, Sponsors, CEPSA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article