Tête-à-tête avec Esteban Gutierrez

Publié le par Matthieu Piccon

SAM_4806.JPGBusinessF1 a pu réaliser une interview d'Esteban Gutierrez, troisième pilote Sauber et pilote GP2 chez Lotus, dans le paddock d'Hockenheim, grâce à son partenariat avec Fan-F1.com.

Esteban, vous vous êtes qualifiés 9ème hier lors des qualifications mais avec votre pénalité de 10 places liée à votre accrochage de Silverstone, vous ne partirez que de la 19ème place lors de la course la plus longue aujourd'hui. Ca sera dur de faire le hat trick après les victoires de Valencia et de Silverstone.

"Oui, c'est sur que ça va être une course compliquée. Nous savons que nous avons un package, une bonne voiture. Hier nous aurions pu être P1 car on avait les meilleurs secteurs. Mais j'ai été limité dans mes tentatives par des drapeaux jaunes qui ne sont pas arrivés au bon moment pour moi. Donc je me retrouve à partir du fonds de la grille. J'espère qu'on aura de la pluie."

Lorsque c'est glissant, c'est plus facile de faire la différence.

Esteban Gutierrez

Vous allez donc faire la danse de la pluie jusqu'au départ de la course ?

"Oui car avec la pluie, c'est plus facile de faire des erreurs. Donc si je parviens à ne pas faire d'erreurs, ça va être plus facile de remonter au classement. Lorsque c'est glissant, c'est plus facile de faire la différence."

Parlons un peu de votre début de saison. En GP2, vous avez remporté deux courses et êtes actuellement troisième au championnat Pilotes. Quel est l'objectif d'ici à la fin de la saison ? Le titre ?

"Pour être honnête, je ne pense pas au championnat. Je préfère prendre les courses les unes après les autres. Je me concentre sur des choses basiques, sur le travail en dehors des caméras, ici, dans le garage avec l'équipe. Une fois que tout ce travail est fait, il faut alors en profiter et prendre du plaisir en piste car c'est ça qui est le plus important dans tout ce qu'on peut faire."

Justement, en parlant de travail en dehors des caméras, vous êtes troisième pilote chez Sauber tout en étant titulaire en GP2 chez Lotus. Comment arrivez-vous à mêler les deux calendriers qui doivent être tous les deux très chargés.

"Dans ce domaine, j'ai beaucoup de chances car Sauber comprend très bien que mon attention est avant tout sur le GP2. C'est quelque chose qu'il respecte beaucoup. Ils me laissent donc de beaucoup de liberté lorsque j'ai une course de GP2. Ils me laissent me concentrer ici (dans le paddock GP2) sans avoir à faire de choses là-bas (dans le paddock F1). Je peux donc rester ici, avec les gars de Lotus, manger avec eux, travailler longtemps avec eux. Ce sont des choses qui sont très importantes pour moi. C'est de cette manière que je travaille le mieux."

Sauber comprend très bien que j'ai besoin de ça pour être au mieux en course. Ils sont donc très tolérants.

Esteban Gutierrez

Vous n'avez donc pas à aller à de nombreuses activités en dehors du circuit, comme les événements organisés pour des sponsors ?

"Lorsqu'il y a une course GP2 en même temps qu'une course de F1, je me concentre exclusivement sur le GP2. Sauber comprend très bien que j'ai besoin de ça pour être au mieux en course. Ils sont donc très tolérants. C'est pour ça que, quand il y a les deux, je ne vais qu'à la dernière réunion de Sauber après la course afin de faire un débriefing sur ce qui a fonctionné et les points sur lesquels on peut encore progresser. Par contre, quand il n'y a pas de courses de  GP2 alors je vais aux différents événements prévus par Sauber."

Comme Sergio Perez, vous disposez du soutien de l'entreprise Telmex de Carlos Slim. Sergio a intégré la Ferrari Driver Academy. Est-ce qu'il y a des discussions pour que vous suiviez le même chemin dans les années à venir ?

"J'ai toujours eu de la chance d'avoir une relation très proche avec Telmex. Les choses sont un peu différentes de ce qu'a pu faire Checo (Perez) car nous fonctionnons beaucoup comme une famille. Je reçois depuis de nombreuses années le soutien de Telmex et de Carlos, qui est une personne formidable. Nous avons donc toujours voulu faire les choses proprement, d'avancer au fur et à mesure de ma carrière de la meilleure des façons possibles. Ma famille m'a toujours soutenu dans mes choix. Donc pour l'instant, intégrer la Ferrari Driver Academy n'est pas quelque chose à laquelle nous pensons. Pour l'instant, l'important est le GP2. Nous allons donc continuer à nous concentrer là-dessus jusqu'à la fin de la saison. A ce moment-là, on verra quelles opportunités se présent à nous."

Il a toujours été clair que je voulais rester en GP2 chez Lotus. C'est la catégorie la plus compétitive, juste derrière la F1.

Esteban Gutierrez

Etre pilote GP2, vous empêche de rouler pour la F1 lors des essais du vendredi lorsque les deux catégories se déroulent le même week-end. Votre coéquipier de l'an dernier, Jules Bianchi, a décidé de partir en Formule Renault 3.5 afin de pouvoir obtenir du temps de roulage au sein de Sahara Force India. Est-ce que vous avez considéré faire la même chose ou vous avez toujours préféré rester chez Lotus en GP2 ?

"Il a toujours été clair que je voulais rester en GP2 chez Lotus. C'est la catégorie la plus compétitive, juste derrière la F1. Donc je n'ai jamais considéré aller ailleurs et est donc poursuivi ma progression au sein de Lotus pour une seconde saison."

Il y a des discussions pour un retour du Mexique au calendrier de la F1 dans les années à venir. Carlos Slim Jr., dont vous êtes proches, est très impliqué dans le projet. Est-ce que vous avez davantage d'informations sur le sujet ?

"Oui, il y a bien des discussions pour un tel retour. Lorsque vous avez des pilotes mexicains en F1, il est normal de vouloir avoir un Grand-Prix au Mexique, où le soutien populaire est très important. Quant aux détails plus aboutis sur le projet, je n'en ai pas beaucoup plus que vous ! Mais dans tous les cas, j'espère pouvoir rouler un jour devant mes fans."

Justement, à la fin de la saison, Austin va bénéficier de son épreuve. Cette ville du Texas est proche de la frontière mexicaine. De nombreux compatriotes pourraient donc venir assister à l'épreuve pour vous voir, vous et Sergio Perez. Y-a-t-il des discussions pour que vous preniez le volant de la Sauber lors des essais libres ?

"Ma priorité est pour l'instant la fin de la saison de GP2, à commencer par ce week-end à Hockenheim. Donc pour l'instant, on ne parle pas trop de ce qui pourrait arriver dans les prochaines courses."

De notre envoyé spécial à Hockenheim

Commenter cet article