Spa ne compte pas sur d'Ambrosio pour remplir ses tribunes

Publié le par Matthieu Piccon

Brawn GP - Entrée gradinsLa Belgique va retrouver un pilote en Formule 1 17 ans après puisque Jérôme d'Ambrosio a été confirmé par Virgin Racing pour la saison 2011. Pour autant, les organisateurs du Grand-Prix national ne s'attendent pas à connaître un boom des ventes grâce à cette arrivée.

Ainsi André Maes, le directeur de Spa-Francorchamps Grand-Prix, le promoteur de l'épreuve, a déclaré à ses compatriotes de La Dernière Heure qu'il ne s'attendait pas à des miracles à la billetterie grâce à l'arrivée du pilote belge : "Cela ne peut être que positif. Si cela va booster les ventes des tickets ? Je ne sais pas. Est-ce que la présence d’Adams ou de Leinders a incité les Belges à venir en nombre ? Cela va dépendre à mon avis de comment il se comporte lors des premières courses."

André Maes fait ici référence à Philippe Adams qui avait couru pour Lotus en 1994 et à Bas Leinders qui avait réalisé des essais pour Minardi dix ans plus tard. L'effet avait été tout autre l'an passé lorsqu'un retour de Michael Schumacher avait été envisagé chez Ferrari en remplacement de Felipe Massa, blessé lors des qualifications à Budapest : cette annonce avait provoqué un emballement des ventes avant que la bulle ne retombe immédiatement après l'annonce de la présence de Luca Badoer au volant de la Ferrari...

Il faut dire que la renommée des deux pilotes n'est pas du tout la même, comme le précise André Maes : "Je ne connais pas sa cote de popularité. Il est resté relativement incognito en GP2. Ce n’est pas une star. Il ne se montre pas assez, ne se met pas en avant en dehors de sa voiture. C’est un travailleur de l’ombre. Je suis convaincu que neuf dixièmes des téléspectateurs des Grand-Prix sur la RTBF ne reconnaissent pas le son de sa voix. Gaëtan Vigneron doit le pousser pour qu’il ose prendre position."

La télévision belge profitait ainsi du rôle de troisième pilote de leur compatriote pour qu'il soit également consultant à leurs côtés pendant les courses. Mais Jérôme d'Ambrosio va devoir surtout parfaire son pilotage et faire oublier à son équipe Lucas di Grassi qu'il remplace alors que le Brésilien l'avait battu lors de leurs confrontations en GP2. Ensuite, il faudra tenter d'améliorer la compétivité d'une monoplace qui ne peut rêver que d'incidents de course pour prétendre à des points. La popularité viendra après...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article