Silverstone se modernise

Publié le par Matthieu Piccon

Silverstone---paddock.JPGEn décembre dernier, Silverstone avait obtenu de Bernie Ecclestone un contrat de 17 ans. Mais en contrepartie, le circuit britannique devait s'engager sur de lourds investissements afin de répondre aux cahiers des charges toujours plus exigeants que le grand argentier impose aux circuits à travers le monde.

Après une nouvelle section du circuit pour l'édition 2010, les organisateurs ont lancé la construction d'un tout nouveau paddock pour la saison prochaine, comme l'avait annoncé à l'époque Richard Philips, le directeur de l'épreuve : "Nous avons toujours eu des contrats de cinq ans, ce qui ne nous a jamais permis de faire les investissements nécessaires. 17 ans nous permettent d'investir et d'aller de l'avant."

Aujourd'hui, ils tiennent à souligner qu'ils sont dans les temps par rapport à leur plan de marche qui prévoit que les travaux soient complétés d'ici le 2 mai prochain, soit près de trois mois avant d'accueillir le matériel des écuries. Cela contraste fortement avec la Corée du Sud qui n'aura fini son circuit que moins de deux semaines avant l'événement.

Le programme de travaux entrepris aujourd'hui concerne le réaménagement total du paddock et des garages. Pour un budget total de 27 millions de livres sterling, la ligne droite des stands va totalement changer d'aspect puisque 41 garages (d'une surface total de 6.200 mètres carrés) vont remplacer les infrastructures existantes. De même, les journalistes du monde entier pourront utiliser à loisir les 2.780 mètres carrés du nouveau centre pour les médias tandis que les commissaires sous les ordres de Charlie Whitting bénéficieront d'un espace de 950 mètres carrés.. Bien entendu, les spectateurs VIP ne sont pas oubliés par les organisateurs. Une surface de 8.200 mètres carrés leur sera ainsi dédiée.

L'ambition que porte le BRDC pour son circuit n'est rien de moins que d'en faire l'un des plus attrayants au monde, comme le confirme Richard Philips : "Nous avons des projets pour beaucoup de choses, certaines concernant le circuit et d'autres liés à l'immobilier et ce que nous pouvons faire ici. Je parle d'emplois d'ingénieurs de haute performance et d'éducation, d'énergies durables et renouvelables ainsi que d'autres choses qui viendront avec le temps. Nous avons un potentiel de plus de 550.000 mètres carrés, ce qui en fait un projet majeur. Cela doit être réalisé de manière sensée, pas seulement par rapport à l'environnement et la localité mais également par rapport à la manière où nous travaillons. Nous allons soumettre nos demandes de permis de construire l'été prochain pour tous les projets que nous avons pour les années à venir. Nous parlons là de beaucoup, beaucoup de millions de livres sterling."

Les dirigeants ont bien compris que s'ils souhaitaient avoir une chance de rivaliser avec les nouvelles infrastructures disproportionnées d'Abu Dhabi, Shanghai ou Singapour, il lui faudrait s'aligner ou disparaitre. Ils ont décidé de prendre le taureau par les cornes en investissant massivement. Voilà une voie que devraient peut-être suivre les dirigeants français s'ils souhaitent un jour voir le Formula One Circus reposer ses valises sur le territoire national.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article