Sepang souffre de la comparaison avec Singapour

Publié le par Matthieu Piccon

Force India - MalaisieLa Malaisie a été le premier pays asiatique (après le Japon) à faire son apparition au calendrier de la Formule 1 en 1999. Mais le poids des ans commence déjà à se faire sentir sur le circuit construit à la va-vite. D'autant plus que Singapour a depuis établi de nouveaux standards dans la région en adoptant une épreuve nocturne.

Voilà des sujets de réflexion pour Razlan Razali et son équipe d'ici au renouvellement du contrat liant le circuit de Sepang à Bernie Ecclestone, dont la mouture actuelle prend fin en 2015.

En effet, malgré des billets parmi les moins chers de l'année (il est possible de trouver des billets à 19 dollars), le circuit malaisien a du mal à faire le plein de spectateurs. Ainsi malgré une capacité journalière maximale de 130,000 spectateurs, seuls 97,000 se sont rassemblés pour l'épreuve 20101. Cela représente une importante chute par rapport aux 126,000 de 2009 et surtout par rapport au record de l'année 2006 où 140,000 spectateurs s'étaient déplacés sur les trois jours.

L'organisation évalue donc deux initiatives permettant à l'épreuve de retrouver son lustre. La première passe par un plan d'investissements important pour remettre à niveau des infrastructures qui souffrent des conditions tropicales du pays. Cela concerne notamment le toit de la tribune principale, construite en forme d'hibiscus (la fleur-symbole du pays), qui n'est plus étanche : "Lorsqu'il pleut, cela fuit. Les gens ne sont pas contents. Le circuit a été construit en un temps record mais malheureusement, il y a eu des raccourcis et un mauvais entretien." Bernie Ecclestone n'a ainsi pas manqué de faire comparer Sepang à l'épreuve de Singapour, assimilée au joyau de la couronne : "C'est une vieille maison qui a besoin d'être redécorée. Cela commence à être un peu minable et cela semble fatigué. Il y a des détritus partout et ce n'est pas vraiment flatteur pour la Malaisie."

Le second volet du plan d'investissements serait d'accueillir au moins une épreuve nocturne d'ici à 2015 pour deux raisons principales : cela permettrait aux spectateurs de ne plus souffrir de la chaleur tropicale et cela placerait l'épreuve aux heures traditionnelles pour l'Europe, ce qui augmenterait d'autant le nombre de téléspectateurs. Razlan Razli déclare ainsi : "Avoir Singapour juste à côté de nous pour la F1 ne nous aide pas mais notre plus grand concurrent est la télévision parce que beaucoup de gens préfèrent regarder la couse depuis le confort de leur maison."

Mais ces deux propositions doivent nécessairement passer par un soutien financier important de la part du gouvernement, qui semble faire la sourde oreille. L'organisateur affirme donc ne pas avoir reçu de retour quant à sa demande d'un plan d'investissements de 59 millions de dollars pour son circuit. S'il reconnait que l'épreuve en tant que telle est en déficit structurel, elle apporte une contribution significative à l'image du pays : "C'est un événement qui perd de l'argent mais l'impact économique pour le pays est important."

La Malaisie pourrait donc être le symbole de ces nouveaux pays voulant attirer les feux des projecteurs mondiaux sur leur pays grâce à une course de Formule 1. Si les intentions sont toujours importantes au début du projet, le service après-vente peut laisser à désirer...

Publié dans Circuits, Singapour, Malaisie, Sepang

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article