Ron Walker va quitter le Grand Prix d'Australie après 2015

Publié le par Matthieu Piccon

Red-Bull---Mark-Webber--Ron-Walker--Daniel-Ricciardo.jpgAprès vingt ans aux commandes du Grand Prix d'Australie, Ron Walker a décidé de se retirer au profit de son adjoint John Harnden, qui est également en charge de l'organisation de la coupe du monde 2015 de cricket.

C'est une page qui va se tourner en Australie : Ron Walker, son emblématique président depuis 1994, a donc décidé de céder sa place : "Je vais prendre ma retraite l'an prochain, après 20 ans (à la tête de la course de Melbourne). J'ai 75 ans cette année et c'est de la bonne gouvernance de laisser quelqu'un de nouveau prendre les rênes."

Pour s'assurer que son oeuvre lui survive, l'homme d'affaires a décidé de nommer son propre successeur, qui est déjà le président adjoint de l'AGPC. John Harndern est déjà présent au conseil d'administration de la structure responsable de l'organisation de l'épreuve de Melbourne. A l'heure actuelle, il est pleinement concentré sur la tenue de la prochaine coupe du monde de cricket, qui se tiendra à Melbourne en 2015, en même temps que le Grand Prix de la ville.

Une fois cette échéance passée, il pourra alors se concentrer sur la nouvelle page de l'histoire de l'épreuve : "Il a été élu par le conseil d'administration pour me remplacer. Il va donc prendre le relais lorsque je prendrai ma retraite l'an prochain. Ce n'est pas connu du public. Nous n'avons pas fait d'annonce car nous voulions continuer à travailler sans fanfare. C'est pourquoi je l'ai placé au conseil d'administration parce que je voulais que ça soit lui qui me remplace. C'est un homme avec une grande connaissance des événements majeurs. Il est idéalement placé et cela va être une transition sans accroc."

Néanmoins, Ron Walker compte rester jusqu'à l'édition 2015 afin de conclure les négociations engagées pour la prolongation de son contrat avec la FOM, qui expire la saison prochaine. Il a ainsi déclaré à l'AFP : "Je pense que le gros du travail est désormais terminé si on peut dire. Il s'agit maintenant de parler au gouvernement pour voir si cela vaut le coup ou pas. Je pense que tout le monde au gouvernement veut la course. La décision va être faite sur le prix. Nous demandons trois années supplémentaires. Nous ne sommes pas comme les pays arabes ou d'autres pays : nous devons être très prudents sur la façon dont nous dépensons l'argent des contribuables."

La question du coût de l'accueil de la F1 est une source de polémiques récurrentes au pays des kangourous puisque la facture atteint régulièrement plus de 50 millions de dollars australiens. Cependant, il faut remettre ce chiffre en perspective par rapport aux retombées médiatiques et économiques dont bénéficient la ville grâce à cette épreuve.

Commenter cet article