Les revenus de la F1 en baisse de 200 millions de dollars

Publié le par Matthieu Piccon

dollar_modifie-1-copie.jpgLa crise économique frappe tous les secteurs : la Formule 1 n'échappe pas à cette tendance. Ainsi dans leur nouvelle édition de Formula Money, les journalistes Christian Sylt et Caroline Reid établissent que l'ensemble des revenus dégagés par la Formule 1 en tant qu'activité économique a baissé de près de 200 millions de dollars pour un total qui atteint tout de même 4,6 milliards de dollars.

La principale raison de cette baisse réside dans la fuite de nombreux sponsors, dont de nombreux établissements bancaires (ING chez Renault, RBS chez Williams...). Le total des revenus dégagés des activités sponsoring est ainsi en baisse de 8% par rapport à 2008, en passant de 836,9 millions à 770,75 millions de dollars.

L'autre baisse significative est liée aux départs de nombreux constructeurs et de leurs budgets astronomiques. Ainsi Honda a cessé son investissement de 350 millions de dollars, même si le constructeur japonais a continué de soutenir l'écurie Brawn GP. De même, BMW et Toyota ont surement baissé leurs dépenses avant d'annoncer leur retrait à la fin de la saison. On peut également penser que Renault, très touché par la crise du secteur automobile, a revu à la baisse ses frais liés à la F1. Au total, les dépenses des constructeurs ont baissé de 30%, passant de 1,6 milliars de dollars à 1,1 milliard.

Mais d'autres secteurs du sport s'en sortent beaucoup mieux. A commencer par Bernie Ecclestone, qui gère les droits commerciaux de la F1. Ainsi il a bénéficié de l'arrivée de partenaires officiels de taille avec LG (équipements informatiques) et Universal Music, qui a lancé le concept de F1 Rocks. Le sponsoring du sport en tant que tel a ainsic connu une hausse de 79%, pour atteindre 102 millions. Mais surtout, F1 Group a revu à la hausse les droits télés, notamment en signant de nouveaux accorsd en Espagne et au Royaume-Uni afin de tirer pleinement parti de l'attrait lié aux champions locaux, Fernando Alonso et Lewis Hamilton. Ces droits ont ainsi connu une hausse de 18% sur l'année. Avec le sacre de Jenson Button, la tendance devrait se maintenir en 2010. On peut également envisagé de nouvelles hausses en Allemagne avec le retour de Schumacher chez Mercedes ainsi qu'en Italie avec l'arrivée de Fernando Alonso.

De même, le revenu total dégagé par les droits payés par les circuits pour accueillir une épreuve du championnat a augmenté de 11% (de 403,5 millions à 448 millions) alors que le nombre d'épreuves a diminué, passant de 18 à 17. Mais l'arrivée d'Abu Dhabi, qui a dépensé plus de 27 milliards de dollars pour la construction de son gigantesque complexe, a du largement contribué à cette hausse. On peut voir que les accords sont actuellement en pleine renégociation : Silverstone vient de signer un accord de 17 ans, Shanghai et la Turquie se posent des questions sur la poursuite de leur présence au-delà de 2010. Mais l'arrivée, la saison prochaine, de la Corée du Sud devrait encore faire grimper l'addition totale !

Publié dans Le business de la F1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article