Renault est mécontent de l'arrivée de Gilles Simon chez PURE

Publié le par Matthieu Piccon

Renault---Rob-White.jpgL'arrivée de l'ancien directeur en charge des moteurs de la FIA, Gilles Simon, chez le motoriste PURE pour fournir des V6 à partir de 2014 ne fait pas que des heureux. En effet, Renault estime que le Français a eu accès à des informations privilégiés de la part de tous les motoristes actuellement présents, ce qui donne un avantage concurrentiel à PURE.

Rob White, le responsable moteurs chez Renault, estime que Gilles Simon a été mis au courant, dans le cadre de ses fonctions à la FIA, des plans de développement de chacun des constructeurs : "Mes premières réactions sont plutôt prévisibles et compréhensibles de mon point de vue. D'un point de vue personnel et professionnel, nous avons de bonnes relations avec Gilles depuis longtemps, tant dans son poste actuel pour quelques jours encore et au cours de son précédent poste chez Ferrari. Bien entendu, c'est un problème pour nous tous qui avons travaillé avec FIA et Gilles au cours de l'année, des 18 mois passés, d'avoir donné  un accès sans précédent à Gilles. Nous l'avons assurément fait chez Renault et je crois que tous les autres motoristes également. En particulier quant au progrès de nos propres programmes de développement moteurs aux côtés de l'ensemble des réglementations."

Il souhaiterait une segmentation des informations que l'ingénieur va pouvoir utiliser dans la structure de Craig Pollock : "Bien entendu, nous souhaitons vivement être rassurés que les informations que Gilles a reçu dans ces conditions si particulières en tant que représentant de la FIA ne soient pas utilisées dans son nouveau poste en tant qu'employé d'un concurrent."

Il demande donc à ce qu'il y ait des accords de confidentialité qui empêche des personnes à ce type de postes de ne pas pouvoir se retrouver très rapidement chez un concurrent, sur le modèle de ce qui avait empêché Charlie Whiting, le directeur technique de la FIA, de rejoindre une écurie il y a une dizaine d'années : "C'est un sport très complexe. Afin que les réglementations techniques et sportives puissent être administrées de manière efficace, nous demandons au corps gouvernant qu'il dispose de personnes compétentes et ils demandent probablement d'avoir accès aux équipes. Il y a donc un risque évident que nous devons gérer si ces mêmes personnes peuvent enfiler une autre chemise très rapidement."

Pourtant, les transferts entre écuries sont légions, comme le montre la déclaration de Sam Michael de rester en F1; même lorsque sa période chez Williams sera arrivée à son terme. Pour palier à ce genre de problèmes, les écuries font partir en congés prolongés leurs employés avant qu'ils ne partent à la concurrence. Ainsi le Grand-Prix de Corée du Sud sera le dernier auquel assistera Sam Michael pour le compte de l'écurie de Grove. Mais dans un monde aussi poussé techologiquement que la F1, la vérité d'un jour n'est jamais celle du lendemain et les informations d'aujourd'hui ne seront sûrement plus valables à l'horizon 2014. Mais à n'en pas douter, cela donne une très bonne base de départ pour la structure montée par Craig Pollock.

Publié dans Moteurs, Renault, Gilles Simon, Pure

Commenter cet article