Renault a refusé de redevenir sponsor-titre

Publié le par Matthieu Piccon

Renault - Jean-François Caubet, Carlos Ghosn, Bernard ReyAprès avoir vendu 75% du Renault F1 Team en 2009 et les 25% restants en 2010, il semblerait qu'il y ait eu un projet de revenir en tant qu'écurie 100% française, ce qui aurait permis à Romain Grosjean de faire son retour en F1 dans une structure à la Marseillaise. Mais le constructeur a préféré renforcer son association avec Red Bull, qui est sur le point de remporter son deuxième titre de champion du monde.

Selon les informations avancées par Auto Hebdo, le projet prévoyait que Renault redevienne le sponsor-titre de son ancienne écurie pour une quinzaine de millions de dollars sur les cinq prochaines années. Un complément de cinq millions de dollars serait assuré par Total, déjà partenaire historique de l'écurie et de Renault depuis son arrivée en F1.

Cela avait pour objectif de réduire l'impact financier de la présence de la F1 sur les comptes du constructeur tout en augmentant son impact médiatique et de communication. Mais surtout, cela permettait aux nouveaux propriétaires des lieux, Genii Capital, de trouver un nouveau sponsor-titre puisque Group Lotus montre des signes de faiblesse financière et ne serait donc pas un partenaire d'avenir pour l'écurie.

Néanmoins, Steve Norman, le directeur marketing monde du Losange, aurait refusé en septembre dernier de valider ce projet et a préféré jouer la sécurité en étendant son association avec Red Bull avec un renforcement de la coopération technique autour de l'intégration du moteur dans le châssis de la monoplace de Milton Keynes.

Cette décision est logique du point de vue du constructeur automobile puisque Renault a toujours eu pour objtectif d'être présent en F1 pour prouver sa qualité technique et l'excellence de son moteur. Or les résultats enregistrés par l'écurie depuis les titres de 2005 et 2006 sont loin de ceux de son client, Red Bull. A moteur égal, cela signifiait donc nécessairement que le châssis développé par Enstone était moins bon que celui d'Adrian Newey, ce qui n'était pas forcément très flatteur pour l'image de marque du constructeur.

Paradoxalement, l'accord passé avec Red Bull garantit la présence du constructeur sur une période inédite jusqu'à présent. En effet, Renault s'est engagé pour les cinq prochaines saisons avec son client alors que cette présence était, auapravant, remise en cause presque chaque saison. Etre motoriste permet d'avoir une meilleure visibilité sur l'évolution des budgets puisque les moteurs ne connaissent pas les mêmes évolutions en cours de saison que les châssis. Or ces évolutions peuvent être très coûteuses pour des résultats incertains (comme le F-duck l'an dernier ou le double diffuseur en 2009), ce qui n'est désormais plus acceptable pour les constructeurs automobiles en cette période de crise économique majeure.

Gérard Lopez va donc devoir trouver d'autres options pour assurer l'avenir financier de son écurie qui a clairement manqué son manque de développement en cours de saison puisque Lotus Renault GP a enregistré deux podiums en début de saison avant de lentement glisser au classement. Désormais Vitaly Petrov et Bruno Senna doivent se battre pour entrer dans les points...

Publié dans Lotus, Sponsors, Renault

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article