Red Bull affirme avoir respecter le RRA

Publié le par Matthieu Piccon

Red-Bull---Christian-Horner.jpgMax Mosley avait lancé un pavé dans la mare en affirmant que Red Bull avait dépensé plus que ce qui était prévu par le RRA, l'accord de restriction des coûts sur lequel les écuries se sont mises d'accord en 2009. Depuis la polémique enfle puisque les autres écuries semblent adhérer à cette hypothèse. Christian Horner tient pourtant à faire savoir qu'il n'en est rien.

Il a ainsi fait connaitre son point sur la question à la BBC : "Nous avons travaillé selon les critères du RRA depuis qu'il a été introduit. Avec un travail et une efficacité interne énormes, nous pensons y avoir absolument adhéré. Red Bull a respecté ses budgets et c'est évidemment surprenant que les gens ressentent cela mais cela doit être inévitable quand vous êtes devant et que vous gagnez des courses."

Des limites sur l'aérodynamique et le nombre d'employés

Pour mémoire, deux critières principaux ont été édictés dans cet accord que les écuries ont choisi d'adopter afin de ne pas subir un plafond des budgets obligatoire imposé par la FIA. Sur les trois saisons comprises pour cet accord (2010, 2011 et 2012), l'un des principaux domaines de restriction des dépenses concerne l'aérodynamique. Cela comprend un maximum à ne pas dépasser que ce soit en nombre d'heures de soufflerie ou en données obtenues grâce à l'analyse des fluides par ordinateur.

Le même principe s'applique pour les effectifs totaux : le total en 2010 ne devait pas dépasser 350 employés (seulement 280 en 2011) et les dépenses externes ne devaient pas s'élever à plus de 40 millions d'euros en 2010 avant de descendre à 20 millions d'euros en 2011.

Pour ces deux critères, il s'agit d'un jeu à somme à nulle : le plus vous utiliserez une technique, le moins vous pourrez utiliser l'autre. Cela est fait pour ne pas désavantager ou, au contraire, avantager une écurie comme Virgin, qui a décidé de se complètement de la soufflerie pour développer sa monoplace. De même, il ne faudrait pas que les écuries réduisent drastiquement leurs employés fixes pour augmenter significativement les consultations extérieures.

C'est exactement ce déclare Christian Horner : "Il s'agit d'obtenir la transparence et un système juste et équitable entre les équipes indépendantes et celles détenues par des constructeurs afin qu'aucune partie n'ait un avantage ou un désavantage."

Des pénalités prévues

Comme dans toute réglementation, des sanctions sont prévues pour ceux qui ne respecteraient pas les règles. Ainsi pour ceux qui dépassent les limites jusqu'à une limite de 5%, il voit ce dépassement réduit de leur budget alloué pour l'année suivante. Entre 5 et 10% de dépassement, l'écurie verra son budget autorisé être réduit de 1,1 fois ce montant.

On comprend dans ces conditions qu'aucune écurie, surtout celles qui se battent pour la tête du championnat, ne voudra admettre qu'elle a pu dépasser ce qu'elle s'était engagée à respecter en 2010. Cela reviendrait à remettre directement en cause l'année 2011. C'est la raison pour laquelle Christian Horner voudrait une clarification rapide de la situation : "Le RRA est une bonne chose pour la F1. Je pense qu'une solution peut être trouvée pour les questions en cours. Il faut juste que les équipes mènent des discussions raisonnables parce que la pensée de dépenses illimitées en F1 n'est pas acceptable pour toutes les écuries. La limite des ressources doit être clarifier rapidement parce qu'à l'heure actuelle, nous ne savons pas quelles règles s'appliquent à 2011. Il est donc important qu'une solution soit trouvée et je pense qu'une sera trouvée."

Publié dans Red Bull, RRA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article