Petrov devra être plus impliqué pour conserver son baquet

Publié le par Matthieu Piccon

Renault---Vitaly-Petrov.jpgMaintenant que la question de l'actionnariat de l'écurie est réglée avec la vente des dernières actions de Renault, l'écurie qui porte désormais le nom de Lotus Renault GP peut s'intéresser pleinement à l'avenir et à son second pilote : pour Gérard Lopez, Vitaly Petrov devra être beaucoup plus impliqué dans la vie de l'écurie s'il veut conserver son baquet. 

Pour son année de rookie, le Russe aura commis beaucoup d'erreurs mais aura été plus performant en fin de saison, notamment lorsqu'il retint Fernando Alonso pendant 40 tours, au point de priver l'Espagnol d'un troisième sacre mondial. Le copropriétaire de l'écurie a ainsi déclaré lors d'une interview accordée à l'agence Reuters que "la discussion à avoir avec Vitaly ne concerne pas sa vitesse : nos ingénieurs nous disent qu'il a tout à fait la vitesse pour courir. Ce qu'il ne montre pas tout le temps est sa capacité à se concentrer pendant tout le week-end, des premiers essais libres à la fin de la course le dimanche."

La première étape pour prouver son professionnalisme serait un déménagement à proximité d'Enstone, siège de l'écurie : "Une partie de la discussion est qu'il a besoin d'accepter certains changement dans sa vie. Il doit accepter de déménager au Royaume-Uni et d'être proche de l'usine. Il doit accepter d'être dans un environnement anglophone en permanence. S'il accepte ces conditions et que nous pensons qu'elles peuvent lui permettre d'être constant alors il n'y a pas de questions à se poser pour savoir qui sera notre deuxième pilote. Mais nous ne voulons pas de quelqu'un qui vient, fait une apparition et conduit très bien un week-end et puis plus rien"

Il faut dire que Vitaly Petrov vit toujours dans sa ville natale de Vyborg, qui a décidé d'investir à ses côtés à travers les chantiers navals de la ville, auprès de sa famille et de ses proches : "Je pense que se détacher un peu de sa famille sera quelques fois difficile pour lui mais cela le servira grandement en termes de carrière." Le message semble être passé auprès du pilote âgé de 26 ans puisque, son selon un porte-parole de l'écurie, il aurait augmenté la fréquence de ses visites et serait à la recherche d'un appartement dans le sud de l'Angleterre.

Pour Gérard Lopez, les considérations économiques ne seront toutefois pas prépondérantes, même si la Russie est et reste un marché important pour Genii et Lotus. C'est pourquoi Gérard Lopez exige davantage de résultats de la part de son pilote, qui a connu plus d'abandons (6 sur 19 courses) que d'entrée dans les points (5 arrivées pour un total de 27 points alors que son coéquipier Robert Kubica en a accumulé 136) alors que Renault avait attiré en 2010 beaucoup de partenaires issus d'Europe de l'Est, en particulier de Russie, grâce à son duo de pilotes : "Je n'ai jamais caché que la Russie était une grande opportunité commerciale pour nous. Mais c'est un raccourci d'affirmer qu'il ne sera dans l'équipe que grâce à ses sponsors. Nous pensons que la Russie est un grand marché et créer une star de Formule 1 a de gros avantages pour l'écurie... mais les Russes sont très exigeants. Ils ne veulent pas d'un Russe qui se qualifie 17 ou 18ème et qui termine la course 15ème. Cela n'a aucun intérêt pour le marché russe et est même perçu négativement."

Cela n'empêche pourtant pas le constructeur local de véhicules sportifs Marussia de s'associer avec la modeste écurie Virgin Racing alors qu'il veut se battre contre Ferrari, McLaren ou Lamborghini sur le marché des supercars...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article