Petronas avait le choix entre 4 écuries

Publié le par Matthieu Piccon

Petronas a été un sponsor très courtisé avant que le pétrolier ne rejoigne Mercedes GP pour en devenir le sponsor-titre. C'est ce que révèle Ahmad Nizam Salleh, le vice-président de la marque malaisienne : "Quatre écuries  étaient sur notre liste : Williams, Sauber, Mercedes et Lotus. Mercedes nous offrait le meilleur package."

Petronas est un sponsor présent en Formule 1 depuis 1995. Cette année-là, il s'est engagé au sein de l'écurie Sauber. L'investissement est allé croissant au sein de la structure suisse puisque le pétrolier a été jusqu'à payer, entre 1997 et 2004, pour renommer le moteur fourni par Ferrari. Il est même resté un des principaux sponsors de l'écurie lorsqu'elle fut rachetée par BMW en 2005. Avec la sortie du constructeur bavarois, Peter Sauber espérait pouvoir compter sur le soutien de son sponsor, qui aurait pu de nouveau renommer le moteur Ferrari. Mais la présence de l'écurie suisse sur les grilles 2010 a été longue à se mettre en place puisque treize écuries, soit le maximum prévu par le réglement, étaient déjà inscrites. Il fallait alors obtenir l'accord unanime des forces en présence, ce qui n'a pas été le cas.

L'une des principales raisons de cet échec est l'activisme de Williams pour empêcher les hommes d'Hinwill de rester sur la grille. Maintenant l'objectif est clair : Franck Williams voulait récupérer l'importante contribution de Petronas, qui aurait pu renommer le moteur Cosworth. L'apport aurait été une grande bouffée d'oxygène pour l'écurie, qui tire le diable par le queue depuis de nombreuses années et le départ de BMW. La faillite de la banque islandaise Icesave n'a pas non plus arrangé ses affaires.

Mais une autre écurie espérait pouvoir attirer Petronas parmi ses partenaires. Il s'agit de Lotus qui espérait ainsi donner une image 100% malaisienne à son projet. Ainsi la mythique marque anglaise appartient désormais au constructeur malaisien Proton et le gouvernement malaisien a apporté un soutien marqué à l'écurie. Il semblait ainsi naturel que le pétrolier national devienne un des principaux soutiens du projet. Les hommes de Tony Fernandes auraient ainsi vu d'un oeil favorable que Petronas renomme le moteur fourni par Cosworth.

Mais finalement, c'est Mercedes qui a empoché le pactole (on parle d'une contribution de 30 millions d'euros), peu de temps avant que le retour de Michael Schumacher soit officialisé. Les deux affaires ne semblent pas liées : "Le retour de Schumacher nous donne une plus grande visibilité. C'est inespéré pour nous. Il n'y avait que des rumeurs quand nous avons commencé les négociations et il était en contrat avec une autre équipe." A n'en pas douter, le pétrolier va cependant devoir apporter une contribution financière au pilote allemand qui a du casser son contrat avec Shell, partenaire de la Scuderia Ferrari.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article