Officiel : Bridgestone se retire en 2011

Publié le par Matthieu Piccon

Toyota - BridgestoneLa saison 2009 s'est terminée ce week-end avec le Grand-Prix d'Abu Dhabi. Les Emiratis n'ont pas hésité à dépenser près de 27 milliards de dollars dans ce projet pharaonique. Ils voulaient à tout prix (c'est le cas de le dire) s'affirmer sur la scène internationale et rayonner aux côtés de l'encombrant voisin de Dubai, qui subit actuellement sévèrement la crise.

Les effets de la crise

La crise économique a également un impact sur les différents acteurs de la Formule 1. Ainsi Honda a annoncé son départ il y a un peu moins d'un an (depuis l'écurie s'appelle Brawn et est devenue championne du monde Pilotes et Constructeurs). Il y a quelques mois, c'est BMW qui annonçait son départ (BMW se retire de Formule 1 ). Depuis son reprenneur, à savoir le fonds Qadback associé à Peter Sauber, s'évertue à assurer sa place pour la saison prochaine.

Mais désormais, c'est un partenaire de première importance pour tous les acteurs de la F1 qui annonce son départ. En effet, Bridgestone a fait connaître sa volonté de ne pas poursuivre son implication dans le sport automobile le plus médiatique du monde au-delà de son contrat actuel, qui se termine à l'issue de la saison 2010.

Pour expliquer ce choix, après 13 ans de présence ininterrompue, les dirigeants du manufacturier nippon avancent des raisons économiques. Ainsi ils ont rendu public un déficit de 203 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année 2009. Dans ces conditions, il paraissait délicat de continuer à investir en F1 alors que le statut de manufacturier unique obtenu depuis le départ de Michelin en 2006 empêche de valoriser les victoires à leur juste valeur. C'est ainsi que Makoto Shiomi, porte-parole du groupe, a déclaré : "Nous devons concentrer nos ressources dans les domaines stratégiques et dans le renouveau technologique." L'économie devrait être de taille puisqu'on parle d'un budget de l'ordre de 100 millions d'euros par an.

Le passé de Bridgestone en F1

La présence de Bridgestone n'a rien d'un coup de publicité ponctuel puisque l'équipementier est lié à ce sport depuis de nombreuses années. Ainsi sa première apparition remonte à 1976 et le premier Grand-Prix du Japon de l'histoire. Mais sa première vraie présence arrive en 1997. A cette date, Goodyear est encore présent. Ce ne sera le cas que pendant la seule saison 1997 puisque l'Américain se retire à la fin de cette même saison. Bridgestone est donc en position de monopole de 1998 à 2001 lorsque Michelin effectue son retour.

Qui pour remplacer Bridgestone ?

Se pose donc désormais la question de savoir qui va se présenter pour équiper les Formule 1 de pneumatiques car il paraît peu envisageable que ces bolides roulent sur les jantes dès 2011...

En tout cas, cela ne sera pas Pirelli puisque le manufacturier italien a d'ores et déjà écarté cette option : "La position initiale de Pirelli n'a pas changé, a expliqué un porte-parole. Pirelli préfère développer des pneus pour la course qui peuvent aussi être utilisés sur la route. Pirelli sponsorise le Superbike, le rallye WRC et le GT2."L'ensemble de ces catégories font effectivement courir des véhicules qui se rapprochent des véhicules de série.

On pense donc naturellement à Michelin, qui s'était retiré à la fin 2006 après avoir été chassé par la FIA à la suite de la mascarade du Grand-Prix des Etats-Unis 2005 (les pneus fournis par le Français pour le Grand-Prix d'Indianapolis présentaient des risques pour la sécurité puisqu'ils risquaient de ne pas tenir à la forte inclinaison de l'ovale utilisé en partie. Seules les trois écuries équipées de Bridgestone s'étaient donc élancées ! Et il s'agissait de Ferrari... et Jordan et Minardi ! Cela avait provoqué l'arrêt de l'épreuve américaine au calendrier). Mais la position de Michelin a toujours été de vouloir être présent en compétition que lorsqu'il y a... de la compétition ! Il faudrait donc trouver deux manufacturiers pour la saison 2011... Mais est-ce que la nomination du Français Jean Todt à la tête de la FIA permettra d'assouplir la position de l'entreprise de Clermont-Ferrand ?

Qui sera prêt  à mettre autant d'argent sur la table en ces temps de crise ? La question devrait agiter les paddocks pendant une bonne partie de l'intersaison, voire du début de la saison 2010 !

Publié dans Pneumatiques, Bridgestone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article