Nico Hülkenberg refuse de remplacer Kimi Raikkonen en 2013

Publié le par Matthieu Piccon

Lotus - Kimi Raikkonen, Nico HulkenbergNico Hülkenberg était l'un des principaux candidats pour obtenir le baquet de Kimi Raikkonen pour les deux dernières courses de la saison. Il a néanmoins décliné l'offre et va terminer sa saison avec Sauber.

C'est la grande question qui anime le paddock alors que la F1 commence à poser ses valises à Austin : qui sera le coéquipier de Romain Grosjean lors des deux dernières courses de la saison ?

Premier élément de réponse avec le refus apporté par Nico Hülkenberg, comme l'a confié son manager Werner Heinz au journal allemand Bild : "Nous avions une offre de Lotus et l'avons étudié. Cependant, nous avons décidé que Nico allait continuer à disputer les deux dernières courses de la saison chez Sauber."

L'entourage du prodige allemand a, en effet, jugé que son contrat avec Sauber était trop ficelé pour permettre un  tel transfert. Surtout cela aurait été une prise de risque importante pour le pilote allemand : il n'est pas évident de s'accoutumer à une monoplace complètement différente en si peu de temps, même s'il s'est rendu à Enstone pour effectuer le moulage de son baquet.

Cela montre en tout cas que Lotus cherche toutes les possibilités plutôt que de confier son second volant à Davide Valsecchi, son troisième pilote. En effet, les dirigeants savent qu'une deuxième place au championnat Constructeurs est toujours à portée de main, surtout avec les performances affichées lors des dernières courses. Ils ont donc besoin de deux pilotes performants. Or lorsque Jérôme d'Ambrosio, alors troisième pilote de l'écurie, avait remplacé Romain Grosjean lors de sa course de suspension l'an passé, il n'avait jamais su faire preuve d'un rythme soutenu.

Une des pistes sérieuses du moment semble être devenue celle d'Heikki Kovalainen, qui joue le rôle de pilote d'essais ponctuel pour Caterham. Le Finlandais a le mérite de connaitre le fonctionnement de l'écurie pour en avoir été l'un des titulaires dans le passé et a pu s'habituer aux pneumatiques Pirelli 2013 lors des quelques séances du vendredi qu'il a pu disputer depuis le Grand Prix d'Espagne.

A deux jours des premiers tours de roues sur le circuit texan, le temps presse donc pour trouver la meilleure solution pour toutes les parties. Ou la moins mauvaise...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article