McLaren présente la MP4-12C

Publié le par Matthieu Piccon

McLaren---Lewis-Hamilton--MP4-12C--Jenson-Button.jpgMcLaren a présenté aujourd'hui sa nouvelle supercar, la MP4-12C. Pour ce faire, qui de mieux que les deux derniers champions du monde de Formule 1 pour lever le voile sur un nouvelle page de l'histoire de l'entreprise de Woking ?

En effet, Ron Dennis a estimé il y a quelques années que l'avenir de l'entreprise passait par la traduction sur la route du savoir-faire accumulé en Formule 1. Il a alors quitté son poste de directeur de l'écurie de Formule 1 sous la pression, il est vrai, de Max Mosley.

Celui-ci ne lui avait pas pardonné sa demande de démission à la suite du scandale lié à une vidéo où l'on pouvait voir le Préisent de la FIA au cours d'une partie fine sado-machiste nazie.

Il a alors pu se consacrer pleinement ce projet, regroupé sous la nouvelle entité McLaren Automotive. La production sera assurée directement au McLaren Technology Center, ce qui a permis de créer 300 emplois à Woking. L'investissement aura été de taille puisqu'il a mobilisé pas moins de 750 millions de livres sterling, somme qui n'a pu être rassemblée que grâce à la présence du fonds souverain de Bahrein, Mumtalakat.

Dans le viseur, bien entendu, le cheval cabré de Ferrari, symbole de la réussite sur les circuits du monde entier et du must en matière de voitures ultra-sportives. Ainsi la MP4-12C va clairement chasser sur les terres de la Ferrari 458 Italia, les similitudes entre les deux voitures étant flaggrantes.

A l'origine du divorce avec Mercedes

Mais le fleuron de Maranello n'est pas la seule visée puisque les Audi R8, Lamborghin Gallardo mais également Mercedes SLS AMG peuvent craindre l'arrivée de cette nouvelle concurrente qui espère atteindre les 1.000 ventes par an dès 2011 (plus de 1.500 acheteurs se seraient déjà manifestés auprès de l'enteprise). Et c'est bien là que le bas blesse car Mercedes n'a que très peu apprécié que McLaren vienne directement chasser ses terres alors que les deux entreprises avaient collaboré pour mettre au point la myhtique McLaren SLR.

En effet, McLaren a décidé de construire intégralement cette biplace, du moteur V8 bi-turbo de 610 chevaux au châssis en passant par les systèmes électroniques. Elle a également établi son propre réseau de distribution de 35 concessionnaires dans 19 pays de par le monde (elle estime que ses ventes seront de 30 à 40 % en Europe, autant aux États-Unis, entre 10 et 20 % pour l’Asie et le complément pour l’Afrique) pour vendre cette voiture estimée en 170.000 et 190.000€.

C'est pourquoi la firme à l'étoile a préféré concentrer son investissement dans une autre écurie et a repris à l'intersaison 75% du capital de Brawn GP alors qu'elle avait auparavant décidé de monter jusqu'à 40% du capital de McLaren. C'était le signal clair d'un changement stratégique de la collaboration entre les deux entités, Mercedes ne redevenant qu'un simple motoriste pour les hommes de Martin Whitemarsh, comme peut l'être Renault pour Red Bull.

Plus que 11% du capital pour Mercedes

Par un curieux "hasard", Martin Whitemarsh a attendu aujourd'hui pour faire savoir que la baisse de la part de la firme de Stuttgart dans le capital de son écurie n'était plus que de 11% : "Je pense que c’est environ 11 pour cent qui est toujours détenu par Mercedes, mais ce n’est pas un chiffre important ou significatif."  La structure du capital du capital est donc désormais la suivante : le fonds d'investissement de Bahrein Mumtalakat détient 30% tandis que Ron Dennis et Mansour Ojjeh en possèdent chacun 15%.

Publié dans McLaren

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article