Marussia est à la recherche de nouveaux investisseurs

Publié le par Matthieu Piccon

Marussia - Timo GlockMarussia ne peut plus assumer seul les pertes de son écurie et cherche donc de nouveaux investisseurs, ce qui pourrait favoriser l'arrivée de Max Chilton à la place de Charles Pic.

En  novembre 2010, Marussia est entrée au capital de l'écurie qui s'appelait alors Virgin. Deux ans plus tard, le constructeur russe est à la recherche de nouveaux investisseurs car l'écurie vient d'enregistrer une perte de 49 millions de livres sterling.

L'écurie est actuellement à détenue à hauteur de 70,6% par Marussia et de 29,4% par la Lloyds. La banque avait alors provoqué la colère des contribuables en décembre 2009 lorsqu'elle avait investi dix millions de livres sterling dans la structure de Sheffield alors qu'elle était détenue à hauteur de 43% par le gouvernement, à cause des importantes pertes réalisées lors de l'éclatement de la crise des subprimes.

Selon The Guardian, les dirigeants de Marussia seraient déjà en discussions avancées avec de potentiels nouveaux investisseurs afin de faire face à la hausse des coûts enregistrés par l'écurie. Andy Webb, le PDG de l'écurie, a ainsi déclaré : "Les directeurs sont en discussions actives avec de potentiels nouveaux investisseurs dans l'entreprise et suivent également d'autres sources de revenus, y compris de potentiels sponsors. Ces discussions sont bien avancées, même si elles ne sont pas finalisées. Leur issue est donc encore incertaine."

Un candidat idéal pour rentrer dans cette catégorie est naturellement le géant de l'assurance Aon. En effet, son vice-président est le père de Max Chilton, qui est devenu au Japon le troisième pilote de l'écurie. Celui-ci va bénéficier de sa première séance d'essais au volant de la Marussia lors de la première séance d'essais libres de ce week-end à Abu Dhabi. Il est donc un prétendant crédible au baquet de Charles Pic pour la saison prochaine. Cependant, il a déclaré à Autosport que rien n'était encore fait : "Nous sommes naturellement en train d'en parler. Je suis un pilote de couses et je veux avoir un baquet en course. Il y a peu de baquets disponibles mais ils attendent de voir ce que font les autres pilotes. J'aimerais beaucoup avoir cette opportunité. Espérons que cela viendra bientôt. A l'heure actuelle, nous nous concentrons sur un baquet et espérons que cela se concrétise. Rien n'est encore fait. Ca serait bien que je puisse avoir un baquet n'importe où afin de travailler pour progresser."

La titularisation de Max Chilton se traduirait donc par une importante rentrée financière, ce qui ne pourrait qu'être positif pour l'écurie. En effet, les coûts de l'écurie ont progressé de 11% pour atteindre 70 millions de livres sterling. Cette hausse des dépenses est liée au changement de stratégie mise en place par les dirigeants. A l'origine, ils souhaitaient réalisés des économies sur le développement en se concentrant uniquement sur les calculs informatiques plutôt que sur les coûteuses recherches en soufflerie. Néanmoins, devant le manque de compétitivité enregistrées avec les monoplaces dessinées de cette manière, Marussia a décidé de revenir à une conception plus traditionnelle. Elle a également noué un partenariat avec McLaren, qui représente également un important investissement.

Cela semble se traduire par des performances en hausse sur la piste : après deux saisons terminées à la dernière place du championnat du monde des Constructeurs, Timo Glock est parvenu à réaliser l'exploit de terminer douzième du Grand-Prix de Singapour. Ceci est la meilleure performance de la saison parmi les trois écuries qui n'ont encore inscrit aucun point cette saison. C'est pourquoi Marussia occupe désormais la précieuse dixième place au championnat, ce qui se traduit par dix millions de dollars de droits télévisés reversés par la FOM.

Il est donc crucial pour l'écurie que l'écurie maintienne cette place au cours des trois dernières courses de la saison. Sinon elle se retrouverait dans une situation financière encore plus délicate, ce qui rendrait l'arrivée de nouveaux sponsors encore plus vitale, d'autant plus que près de 61 millions de livres sterling de dettes (sur un total de 77 millions) arrivent à échéance à l'issue de cette saison.

Publié dans Marussia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article