Marussia engage Maria De Villota

Publié le par Matthieu Piccon

Marussia---John-Booth--Maria-De-Villota.jpgMarussia a décidé de réaliser une belle opération de communication et financière en engageant Maria de Villota en tant que pilote d'essais. Néanmoins, sa participation au sein de l'équipe anglo-russe ne sera que très limitée.

L'arrivée d'une femme en tant que pilote en F1 est un serpent de mer depuis de nombreuses années. Néanmoins, le succès  et la popularité de Danica Patrick aux Etats-Unis donne des idées à des équipes souhaitant se mettre sous le feu des projecteurs.

C'est ainsi que Marussia a décidé d'engager Maria de Villota dans ce rôle de pilote d'essais. Cependant, elle ne sera pas intégrée au même rang qu'Alexander Rossi chez Caterham ou Jules Bianchi chez Force India puisqu'aucune session du vendredi matin n'est prévue pour elle. Elle devra se contenter des essais pour jeunes pilotes prévus à Abu Dhabi en fin de saison.

Ce n'est pas la première fois que l'intéressée se glissera derrière le volant d'une Formule 1 puisqu'elle a déjà réalisé l'an passé 300 kilomètres au volant d'une monoplace de Lotus Renault GP. Cela lui a permis d'obtenir sa super-licence de F1, ce qui lui a ouvert les portes chez Marussia.

On peut toutefois se demander le véritable intérêt, mis à part celui financier, d'une telle annonce. En effet, quel est l'intérêt de mettre en avant une femme plus proche de la fin de sa carrière (elle a 32 ans) que du début. Est-ce une bonne opération de communication de mettre une femme au volant d'une écurie de fond de grille ? Si une écurie engageait une jeune pilote performante sur le même plan que les autres aspirants à la F1, l'impact médiatique serait beaucoup plus important.

En effet, il faut se rappeler que la Danica-mania s'est révélée aux Etats-Unis lorsque la pilote âgée alors de 23 ans s'était illustrée lors des essais libres 2005 des 500 miles d'Indianapolis, avant de finir quatrième de l'épreuve. Elle bénéficie donc désormais d'une popularité et l'attrait des sponsors qui est sans commune mesure avec celle des trois autres femmes (Pippa Mann, Ana Beatriz et Simona de Silvestro) qui étaient engagées lors de l'édition 2011.

Publié dans Marussia, Maria De Villota

Commenter cet article