Mark Prisk en visite au Williams Technology Centre

Publié le par Matthieu Piccon

Williams---Mark-Prisk-simulateur.jpgWilliams a fait du Qatar l'un de ses axes de développement majeurs en y installant (aux frais de l'Emirat) son Technology Center, où il développe nombre d'applications des connaissances acquises en course. Mark Prisk, le ministre des affaires et des entreprises britannique, a souhaité honorer un des fleurons de l'industrie automobile nationale en se rendant à Doha pour en visiter les infrastructures.

Il faut dire que la période est à un approfondissement des relations entre le Royaume-Uni et son ancienne colonie. Ainsi l'émir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, s'est récemment rendu à Londres lors d'une visite d'Etat officielle au cours de laquelle "les gouvernements du Royaume-Uni et du Qatar se sont engagés à étendre leurs relations dans le domaine des technologies, des affaires et de l'éducation. Williams F1 est un des meilleurs exemples de cette collaboration que nous souhaitons encourager."

Il faut dire que, outre les applications strictement liées à la compétition automobile, le WTC s'occupe d'un projet d'importance pour son pays-hôte puisque Williams met à profit sa maitrise du stockage d'énergie afin de proposer un réseau de distribution d'électricité pour le pays à la fois plus efficace et plus fiable. Il faut dire que le pays, qui détient les troisièmes réserves mondiales de gaz (derrière la Russie et l'Iran), a longtemps été coutumier des coupures d'électricité pendant l'été à cause des innombrables climatisations qui tournent dans des maisons mal isolées pour  obtenir une température souvent inférieures à 20°C alors qu'il en fait 50 à l'extérieur. Dans l'optique de son développement international et de la perspective d'accueillir la Coupe du monde de football en 2022, le pays se doit impérativement de remédier à cette situation.

Mark Prisk a donc voulu montrer l'attachement du gouvernement à cette industrie importante pour le pays, comme avait pu le faire Christian Estrosi chez Renault F1 lorsqu'il était encore ministre de l'industrie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article