Lotus casse son contrat avec Cosworth

Publié le par Matthieu Piccon

Lotus - Jarno Trulli (3)Tout contrat peut-être cassé : il suffit simplement d'y mettre le prix. C'est la leçon des relations entre Cosworth et Lotus. Ainsi l'écurie malaisienne est parvenue à ses fins et va mettre un terme à sa relation avec le motoriste britannique alors que leur contrat prévoyait trois saisons de collaboration. Lotus est donc désormais prêt à rejoindre les rangs de Renault.

Les négociations avec Renault ont débuté il y a quelques temps déjà mais les bruits se faisaient de plus en plus pressants ces dernières semaines. La nouvelle ne devrait plus tarder à être officialisée. Il ne manque plus qu'à Lotus de signer définitivement la fin de sa relation avec Cosworth car, à l'heure actuelle, les deux parties n'ont trouvé qu'un accord de principe. C'est ce que déclare Cosworth dans un communiqué de presse sybillin diffusé aujourd'hui : "Cosworth a trouvé un accord de principe avec Lotus Racing pour que le contrat de l'écurie pour la fourniture de moteurs par Cosworth prenne fin à la fin de la saison actuelle de Formule 1. Cet accord doit être formalisé dans un contrat et jusqu'à ce qu'il soit signé, aucune des parties ne fera davantage de commentaires."

Il faudra donc étudier les relations entre deux mêmes partenaires pour les autres formes de compétition et les véhicules de série : Cosworth et le groupe Lotus avaient, en effet, noué une relation dite stratégique en mars dernier qui prévoyait que Cosworth allait devenir le fournisseur officiel du constructeur pour l'ensemble de ses véhicules de compétition et de série. Pour ce faire, le motoriste allait se fonder sur les moteurs Toyota qui équipaient jusqu'à présent les Lotus de route. Tim Routsis, PDG de Cosworth Group, déclarait alors : "Je suis ravi que le nom Cosworth soit de nouveau associé à Lotus à travers ce nouveau partenariat stratégique and ces nouveaux moteurs de haute performance. Notre histoire commune sur plusieurs décennies s'est concrétisée par de nombreux succès en course et j'espère qu'il y en aura d'autres tant sur les circuits que sur le segment des voitures de sport de haute performance, où Lotus est déjà reconnu en tant que leader mondial."

Force est de constater que quelques mois plus tard, les relations entre les deux entreprises sont beaucoup plus fraiches, même si Lotus Racing ne fait pas partie intégrante de Lotus Group.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article