Les nouveaux Accords Concorde sont sur les rails

Publié le par Matthieu Piccon

Paddock Magazine - Bernie Ecclestone, Donald-MackenzieBernie Ecclestone aura été en mesure d'obtenir un accord très rapide autour des droits commerciaux de la F1 puiqsu'il vient d'annoncer qu'il avait obtenu l'accord de la majorité des écuries, dont Red Bull, Ferrari et McLaren.

Bernie Ecclestone a été d'une sobriété surprenante dans son communiqué de presse : "Je suis ravi d'annoncer que nous avons trouvé un accord commercial avec la majorité des équipes actuelles de Formule 1, y compris Ferrari, McLaren et Red Bull Racing, quant aux conditions dans lesquelles elles vont continuer à courir en Formule 1 après que les Accords Concorde actuels n'expirent à la fin de cette année."

Cette déclaration, relayée par le site officiel de la F1, fait suite à de nombreuses discussions autour de l'avenir commercial de la F1, dont il est la pièce centrale. Ainsi des rumeurs du paddock semblaient indiquer que Ferrari et Red Bull bénéficieraient de fonds supplémentaires de part leur statut de plus ancienne écurie du plateau et de double champion du monde en titre. Les deux écuries auraient également pu bénéficier d'actions de la F1 si celle-ci venait à être côtée à la Bourse de Singapour.

Il est intéressant de noter que Mercedes et Lotus ne sont pas nommés dans cet accord alors qu'elles font clairement partie des top teams. Il est donc fort probable qu'elles n'aient pas encore acceptés les termes proposés par la FOM. Mais que celle-ci soit parvenue à obtenir l'accord des autres écuries la place clairement en position de force pour la poursuite des négociations. Certains bruits dans le paddock laissent entendre que Mercedes se poserait deux questions fondamentales : maintenir son engagement dans le sport et la possibilité de saisir le département concurrence de la Cour européenne de justice pour avoir été désavantagé par rapport à ses concurrents puisque le titre obtenu sous le nom de Brawn GP en 2010 ne lui permettrait pas d'obtenir les fonds destinés aux champions du monde depuis 2000.

Les écuries ont donc décidé de ne pas reproduire la guerre politico-médiatique qui avait précédé la signature des Accords Concorde, où Ferrari avait clairement menacé de faise sécession avant d'obtenir des conditions financières privilégiées. Elles pourraient avoir fait le choix d'attendre que l'avenir au-delà de Bernie Ecclestone se clarifie avant d'essayer d'obtenir une part plus importante du gateau financier. Se pose donc la question de la durée de cet accord...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article