Les chantiers navals de Vyborg rejoignent Renault

Publié le par Matthieu Piccon

Renault---Vyborg-Shipyard-JSC.jpgRenault n'a jamais fait mystère que la nationalité de Vitaly Petrov avait joué un rôle important dans sa nomination en tant que pilote titulaire en son sein. A compétences égales, le potentiel économique d'un pilote devient alors déterminant.

En faisant signer le premier pilote russe de l'histoire, le constructeur français et Genii comptaient bien s'ouvrir le marché de l'Europe de l'Est. Cela aura mis du temps mais cela commence à prendre forme avec la signature pour les cinq dernières courses de la saison des chantiers navals de Vyborg.

La moisson pour cette première saison n'est pas mauvaise puisque l'écurie aura accueilli pas moins de trois sponsors issus d'Europe de l'Est : la filiale à hauteur de Renault, Lada, détient une place majeure sur les flancs des monoplaces jaunes et noires, la boisson énergétique polonaise N-Gine a décidé de soutenir Robert Kubica et la banque lituanienne Snoras a fait son arrivée à l'occasion du Grand-Prix de Belgique. Lada aura donc servi de détonateur pour attirer de nouveaux partenaires issus de l'ancien bloc soviétique. Surtout, Vitaly Petrov a su faire preuve de suffisamment de talent au volant pour convaincre des partenaires de le soutenir.

Cette annonce, en levée de rideau du Grand-Prix de Singapour, pourrait être un signe annonciateur d'une prolongation du pilote russe au sein de la sphère d'influence de Renault car il semble peu probable qu'une entreprise qui n'a pas forcément besoin de communiquer à grande échelle (Vyborg est déjà l'un des principaux chantiers navals de Russie) décide d'investir juste pour réaliser un "coup" médiatique sur cinq courses. Cinq courses représentent soit une trop longue période (certains préfèrent investir sur une étape au calendrier qui les intéressent particulièrement, comme Canon la saison passée à Singapour), soit une période trop courte pour installer durablement la marque dans l'esprit des téléspectateurs.

Reste maintenant à savoir si Vitaly Petrov sera conservé au sein de la maison-mère ou s'il sera "casé" chez une écurie-cliente du motoriste de Viry-Chatillon. En effet, s'il semble exclu que Red Bull s'adjoigne les services du pilote russe (son excellent line-up actuel est déjà confirmé), Lotus pourrait y trouver son compte si l'écurie malaisienne confirmait les rumeurs actuelles d'une arrivée du bloc français dans son châssis la saison prochaine. Petrov laisserait alors la place libre à la possible venue d'un pilote finlandais chez Renault : soit Heikki Kovalainen (dans un échange de bons procédés), soit Kimi Raikkonen, qui aurait contacté le management de l'écurie en vue d'un possible retour en Formule 1. Mais ces derniers ont fait savoir que l'aspect économique serait prépondérant et qu'ils ne comptaient pas se fermer les portes de l'Europe de l'Est au profit de la venue du champion du monde 2007. L'arrivée de Vyborg pourrait donc constituer une première étape de la réponse...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article