Les barrières Tecpro aux quatre coins du monde

Publié le par Matthieu Piccon

Tecpro---barrieres-Singapour.jpgL'accident dramatique de Maria de Villota est venu nous rappeler que la F1 reste un sport dangereux. Depuis des années, la FIA a mis en place des règles de sécurité actives (sur la monoplace) et passives (sur la piste) pour protéger au mieux les pilotes et l'encadrement.

Une PME française, Tecpro, joue un rôle essentiel dans ce cadre, avec ses barrières de protection qu'on peut retrouver sur de nombreux circuits de F1.

Tecpro s'est spécialisé dans un élément-clé de la sécurité des circuits, à savoir les barrières de protection. Pendant de nombreuses années, les circuits ont adopté les murs de pneumatiques pour assurer la sécurité des pilotes en cas de sortie de piste.

Cependant, on peut se rappeler de certaines situations où ces mêmes pneumatiques mal ajustés ont provoqué d'importantes blessures aux pilotes qui s'y sont encastrés : Olivier Panis au Canada en 1997, Michael Schumacher en Grande-Bretagne deux ans plus tard...

C'est ce dernier accident qui a poussé le Français Rafael Galiana et ses hommes à mener cinq ans de travaux en collaboration avec l'Institut de la FIA et l'assureur allemand Dekra afin d'établir un nouvel outil de protection. Cela s'est concrétisé par ces barrières en polyéthylène souple, capable de résister à des chocs de 218 kilomètres/heure. Elles ont été installées pour la première fois sur le circuit Paul Ricard en 2006, avant d'apparaître pour la première fois sur un Grand-Prix lors de l'étape italienne du championnat de la même année.

Les contrats se sont alors multipliés au cours des années : Barcelone et Monaco en 2007, Valencia et Singapour en 2008, Abu Dhabi et Macao en 2009, Boavista en 2010, Imola, Inde, Silverstone et Melbourne en 2011. Le circuit d'Austin va également accueillir les produits de Tecpro. A cet impressionnant tableau de chasse, il faut également ajouter de nombreux circuits de karting, qui bénéficient de barrières spécifiques.

Interrogé par votre serviteur, le président-fondateur de l'entreprise nous explique les raisons variées de ce succès qui ne se dément pas : "Effectivement, les projets ne manquent pas. Il s’agit d’un défi permanent. Chaque circuit a des objectifs différents et nos barrières semblent répondre à un maximum d’entre eux. Par exemple, pour Singapour, un circuit urbain, la rapidité et la facilité d’installation, de maintenance et de désinstallation ont été des facteurs déterminants dans le choix des Tecpro. Pour Yas Marina, un circuit permanent, il s’agissait plutôt de l’esthétique, de la modernité et de la durabilité du produit."

Les temps de montage entre la solution pneus et celle Tecpro sont, en effet, très différents : 1 kilomètre de barrières Tecpro nécessite 15 jours de travail pour quatre personnes alors que la même distance en pneumatiques représente 18.000 pneumatiques pour lesquels 53 jours de travail pour huit personnes sont nécessaires. Un circuit comme le Paul Ricard, qui dispose de cet équipement depuis six ans, n'a eu besoin que de quatre interventions d'une heure chacune avec quatre commissaires pour faire face à quatre accidents. Les circuits n'ont donc plus besoin de repeindre les barrières tous les ans ou tous les deux ans puisque les barrières Tecpro resistent aux intempéries, même dans les pays humides comme Singapour ou Abu Dhabi.

Les projets de l'entreprise ne s'arrêtent pas là puisque Rafael Galiana est déjà en contact avec les organisateurs des prochains Grand-Prix du New Jersey (2013) et de Sochi (2014) afin de les faire bénéficier de cet outil de sécurité très efficace.

Commenter cet article