Le V8 Supercars veut séduire d'anciens pilotes de F1

Publié le par Matthieu Piccon

Red-Bull---David-Coulthard.jpgCette semaine, nous vous rapportions les propos de Jacques Villeneuve quant au V8 Supercars, le championnat de véhicules de tourisme australien. Le champion du monde 1997 révélait qu'il allait participer aux 600 miles de Gold Coast et qu'il se verrait bien s'engager à plein temps si son projet en Nascar devait ne pas se concrétiser. Il semblerait que les dirigeants de ce championnat souhaitent réaliser à l'avenir une véritable OPA sur les vieilles gloires de la F1.

A la fin des années 1990, la grande tendance pour les pilotes de F1 sur le retour était d'aller s'amuser en DTM, le championnat allemand de voitures de tourisme. Mika Hakkinen, Jean Alesi, Heinz-Harald Frentzen, Ralf Schumacher, tous ont fait des piges plus ou moins longues. Cela avait permis de mettre ce championnat très populaire outre-Rhin sous les projecteurs des médias du monde entier.

La mode est désormais passée, voire s'est inversée : ceux sont désormais des pilotes de DTM qui frappent aux portes de la F1. Ainsi Paul di Resta, le troisième pilote de chez Force India, mène actuellement le classement général tandis que Gary Paffett, son homologue chez McLaren, est troisième.

Aujourd'hui, c'est autour du V8 Supercars de tenter la même stratégie de communication en misant sur des noms rendus célèbres par la Formule 1. Pour cela, les dirigeants australiens comptent bénéficier du fait que l'épreuve des 600 miles de Gold Coast n'entrera pas en confrontation directe avec une épreuve de Formule 1 ce week-end là. Les écuries ne donneront évidemment pas d'autorisations à un de leurs pilotes titulaires mais elles seront plus favorables à un prêt d'un pilote retraité avec qui elles sont encore liées. Tony Cochrane, le directeur du V8 Supercars, dévoile ainsi son programme de recrutement : "L'année prochaine, nous n'entrerons pas en confrontation avec la Formule 1. Il y aura donc des anciennes stars de Formule 1 qui ont des obligations sur le circuit, comme Jean Alesi ou David Coulthard, qui seront disponibles."

Mais son rêve ultime est de séduire un pilote avec un palmarès encore plus impressionnant : "Je ne peux avoir Schumacher jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite. Mais ne vous inquiétez pas, quand il aura pris sa retraite, je l'aurai." Cela réconfortera surement certaines personnes du côté de Stuttgart que leur pilote vedette est encore capable de faire rêver, malgré son retour manqué à la compétition...

Pour réussir son offensive, Tony Cochrane mise sur la très belle affluence qu'a connu l'événement cette année : plus de 170.000 personnes se sont déplacées pour les trois jours de course, soit 25.000 de plus qu'estimés par les organisateurs à l'origine. "Tout d'un coup, vous passez de personnes qui pensent que quelque chose ne va pas marcher à 170.000 personnes qui votent avec leurs pieds. C'est exactement ce dont a besoin le toursime de la Gold Coast."

Voilà donc un nouvel exemple que la compétition automobile peut servir d'attraction touristique et de moteur économique pour une région entière. Il semblerait qu'il n'y ait qu'en Europe que cela soit au-delà de l'entendement des pouvoirs publics et du grand public.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article