La FOTA ne veut pas aller à Bahrain le 30 octobre

Publié le par Matthieu Piccon

Tour BahrainRed Bull l'avait laissé présager dès l'annonce de la réintroduction de Bahrain au calendrier 2011 : les écuries, rassemblées au sein de la FOTA, ont écrit à la FIA pour lui indiquer qu'elles étaient opposées à un déplacement à Bahrain le 30 octobre mais elles laissent la porte ouverte à une date ultérieure.

L'information nous provient d'Autosport puisqu'il n'y a pas eu de communiqué officiel sur le site de l'association des écuries. Néanmoins, la lettre aurait été envoyée tant à la FIA, à la FOM de Bernie Ecclestone et aux organisateurs de l'épreuve bahrainie. Le point de vue défendu par les équipes et qu'il vaut mieux attendre le plus longtemps possible avant de se déplacer dans le Royaume puisque, plus le temps passera, plus les chances que tout se passe bien augmentent.

Ce point de vue n'aura pas été une grosse surprise pour Bernie Ecclestone puisque celui-ci déclarait quelques heures auparavant dans une interview accordée au Times : "A l'heure actuelle, nous n'avons aucune idée de ce qui va se passer. Il est préférable de déplacer Bahrain à la fin de la saison. Si la sécurité est assurée, alors tout ira bien et nous irons. Sinon nous n'irons pas et il n'y a pas de problème. Nous pouvons changer cette date du 30 octobre en ayant un vote, par fax si nécessaire." Le grand argentier de la F1 a donc encore été l'auteur d'une de ses innombrables voltefaces puisque il a été l'un des principaux acteurs pour le report de l'échéance initialement fixée début mai, puis pour la réintroduction de l'épreuve.

Mais surtout, la FIA aurait peut-être enfreinte son propre règlement en effectuant ce changement de calendrier sans l'accord unanime et écrit des parties en présence, ce qui est réclamé par l'article 66 du code sportif international, selon lequel "Aucune modification ne devra être apportée aux Règlements particuliers après l'ouverture des engagements, sauf avec l'accord unanime de tous les concurrents déjà engagés ou sauf décision des commissaires sportifs pour des raisons de force majeure ou de sécurité." Or, outre l'image déplorable que la F1 pourrait avoir en se déplaçant à Bahrain, c'est précisément la sécurité des équipes, pilotes et spectateurs qui est en jeu si le Formula One Circus se déplace dans le Royaume.

Nous verrons donc si toute cette agitation aura des conséquences concrètes ou si les intérêts économiques l'emporteront encore sur toute autre considération.

Publié dans Circuits, Bahrain, Sakhir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article