La Belgique signe pour trois ans supplémentaires

Publié le par Matthieu Piccon

Brawn GP - Entrée gradinsLes organisateurs du Grand-Prix de Belgique sont parvenus à leurs fins : ils ont obtenu une prolongation de trois ans pour un prix inférieur au contrat actuel. Cela met donc un terme à la possibilité d'une alternance avec la France.

Si la clause de confidentialité signée par Spa Grand Prix et Bernie Ecclestone ne permet pas de connaître les tenants et aboutissants financiers de ce nouvel accord, ce dernier permet de donner une visibilité d'au moins trois ans au circuit wallon.

Ce nouvel accord financier comporte deux clauses particulièrement favorables au circuit : il n'y a pas d'augmentation annuelle systématique du prix versé à la FOM et la société qui assure la promotion de l'épreuve n'aura pas à subir de pénalités financières si elle venait à ne pas prolonger ce nouvel accord, ce qui n'était pas le cas dans le contrat qui s'achève à l'issue de l'épreuve du week-end prochain.

Si Spa a pu bénéficier de telles conditions, c'est que le circuit des Ardennes bénéficie d'un statut privilégié au sein des Accords Concorde, qui garantit la présence d'un certain nombre d'épreuves historiques au calendrier de la F1. Il cotoit dans cette liste des épreuves comme celle de Grande-Bretagne, d'Allemagne, d'Italie ou d'Australie et du Japon. Quant à la France, il semblerait qu'elle est perdue ce statut malgré son héritage historique. Le nouveau gouvernement ne semble pas pressé de retrouver une place au calendrier malgré les retombées financières très importantes de ce genre d'épreuves.

Ainsi, afin d'améliorer l'image de cette épreuve auprès des contribuables belges, Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon de l’Economie et du Commerce extérieur, a déclaré : "L’événement profite à l’économie belge. Ses retombées sont évaluées par le Ciriec (Centre d’Etude de l’Université de Liège), pour 2012, à environ 43,415 millions d’euros, dont 14,63 millions d’euros pour le secteur Hotels - Restaurants - Cafés (tant de la région qu’en dehors) et 7,61 millions d’euros en taxes diverses (dont 4,731 millions de TVA). Le Grand Prix de F1 à Francorchamps ne coûte rien à la Belgique, au contraire, il est très largement positif pour son économie."

Le ministre omet tout de même de préciser que l'équivalent de l'intégralité de la recette de la TVA (cinq millions d'euros) a été reversé par la région wallone pour compenser le déficit de l'épreuve, qui fait fasse à des audiences de plus en plus basses à cause des prix très élevés (parmi les plus chers de la saison) des billets.

La vente des billets pour l'épreuve 2012 a été perturbée par la faillite connue par The Ticket Entreprise, qui menaçait de laisser près de 6000 spectateurs sans leur précieux sésame. Néanmoins, Spa Grand Prix a décidé d'assumer le coût financier (évalué à environ un million d'euros) de ces billets pour ne pas mécontenter ses spectateurs. Un email a donc été envoyé à tous ceux concernés par cette faillite : "Même sans être responsable des problèmes de The Ticket Entreprise, avec laquelle vous avez choisi de commander vos billets pour le Grand Prix de Formule 1 de Belgique du 31 août au 2 septembre, Spa GP a décidé de résoudre le problème rencontrés par les acheteurs trompés par cette entreprise néerlandaise et de vous fournir les billets que vous aviez commandés."

Il est, en effet, de bon ton de rappeler que les prestataires extérieurs ajoutent nécessairement une marge sur la vente de leurs billets par rapport aux tarifs proposés directement par les organisateurs et peuvent, comme le montre le cas présent, faire faillite. Acheter un billet par leur intermédiaire est donc s'exposer à un risque de fraude et donc de forte déception au dernier moment...

Commenter cet article