Jean-Eric Vergne va payer sa propre amende de 25.000 euros

Publié le par Matthieu Piccon

Toro-Rosso---Jean-Eric-Vergne.jpgJean-Eric Vergne aura été à l'origine de la formidable fin de course à Valence avec son accident avec la Caterham d'Heikki Kovalainen. Il va désormais devoir régler la note de l'amende émise par la FIA, soit 25.000 euros.

L'entrée de la voiture de sécurité sur le circuit urbain a été provoquée par l'accrochage entre le pilote français et le pilote finlandais. Le pilote Caterham s'est retrouvé avec le pneu avant gauche crevé tandis que le rookie de chez Toro Rosso subissait le même sort sur son arrière droit.

Néanmoins, Jean-Eric Vergne tenta de perdre le moins de temps possible en continuant à un rythme soutenu, ce qui a conduit à la désintégration de son pneu et des dégâts supplémentaires sur sa monoplace. Il commit ainsi un excès de vitesse dans les stands.

La FIA a décidé de frapper fort sur ce genre de comportement, ce qui s'est traduit par un rétrogradage de 10 places sur la grille de Silverstone mais également par une amende de 25.000 euros. Gehrard Berger, l'ancien co-propriétaire de l'écurie italienne, avait ainsi déclaré : "Ce qu'il a fait n'est pas acceptable et c'est de sa faute."

Son employeur estime que ce n'est pas à lui de régler la facture puisque c'est une erreur du pilote. Chirstian Horner, le team manager de Red Bull, a ainsi déclaré : "Si c'est de la faute du pilote, il doit payer. Si, par exemple, un pilote rentre trop vite aux stands parce que son limiteur ne fonctionne pas correctement alors l'équipe paiera l'amende. Jean-Eric va sans doute avoir à chercher dans ses propres poches pour celle-ci."

Si la somme peut paraitre importante pour le commun des mortels, il ne faut pas oublier que le dernier classement des salaires de F1 montrait que le Français recevait un salaire de 400.000 euros pour sa saison de titulaire chez Toro Rosso. Ce n'est donc que 6,25% de sa rémunération (hors sponsors) qui vient de s'envoler dans ce "fait de course", selon les termes utilisés par le pilote...

Commenter cet article