HRT ne prend pas livraison de ses trois camions

Publié le par Matthieu Piccon

HRT---camions.jpgDans certains cas, le malheur des uns peut également faire le malheur des autres. Tel est le cas de l'entreprise CECSA qui devait livrer trois camions pour le transport de matériel de HRT. Mais devant ses difficultés financières, l'écurie de Jose-Ramon Carabante n'en a pas pris livraison et n'a donc pas réglé la facture.

Néanmoins, la situation actuelle est née du fait que la commande n'a pas été officiellement prise par l'équipe actuelle : c'est Adrian Campos, avec qui CECSA avait déjà travaillé dans le passé, qui a pris commande de manière verbale avant de céder le projet à son propriétaire actuel.

Si trois camions sont recouverts de toiles d'araignées dans l'usine de CECSA, HRT dispose bien de trois camions qu'elle déplace sur les circuits européens. Une commande a donc dû être passé auprès d'un autre fournisseur. Les camions en question présentent la particularité d'être immatriculés aux Pays-Bas, ce qui pourrait signifier qu'il ne s'agit que de location et non d'achat ferme.

Pourtant les entrepreneurs espagnols avaient rencontré Jose Ramon Carabante peu après le rachat, qui avait assuré à Victor Mendez, le propriétaire du fournisseur, que tout rentrerait dans l'ordre : "Voyant que nous ne pouvions pas aller de l'avant, nous avons eu une première rencontre avec Jose Ramon Carabante, qui nous a assuré qu'il allait tout régler. Mais depuis, nous avons eu une réunion après l'autre, la dernière il y a quelques semaines lors des essais à Montmelo et nous n'avons toujours pas  de solutions."

La question est d'autant plus génante pour CECSA qu'il ne s'agit que d'une structure familiale limitée et les 300.000 euros d'investissements en matériel sur les trois camions prêts à être livrés représentent une charge financière importante : "Nous n'avons rien signé, mais beaucoup de documents prouvent que tout a été commandé par eux. Si cela avait été une équipe italienne et non espagnole, nous aurions appliqué notre politique commerciale "après le chant du coq, la poule est à venir." Mais nous avons eu l'illusion d'une équipe espagnole en Formule 1, alors maintenant nous sommes dans cette situation difficile."

Ceci ne représente néanmoins qu'une petite partie des litiges auxquels l'écurie doit faire face, situation qui ne risque pas de s'améliorer si les pilotes, Vitantonio Liuzzi et Narain Karthikeyan, ne sont pas en mesure de passer la barre fatidique des 107% en qualifications...

Publié dans HRT, CECSA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article