Genii vend 2% de Lotus

Publié le par Matthieu Piccon

Lotus - Davide Valsecchi 2013Genii a commencé à ouvrir le capital de son écurie de F1 : le promoteur immobilier Andrew Ruhan a acquis 2% de Lotus pour un million de livres sterling.

Cependant, il ne faut pas voir dans cette entrée au capital le premier signe du retrait du fonds d'investissement luxembourgeois. Il s'agit davantage d'un intérêt particulier exprimé de la part d'une relation professionnelle de longue durée de Gérard Lopez.

Celui-ci l'a d'ailleurs confirmé auprès du quotidien britannique The Telegraph : "Il n'est pas un gros actionnaire de l'équipe. C'est un ami et un partenaire d'affaires au sein de grosses opérations immobilières. Il aime les voitures, la course et a acheté, si je ne me trompe pas, 2% du capital afin d'entrer au conseil d'administration et se sentir impliqué. Clairement, il ne s'agit pas d'une grosse opération pour les deux parties."

Cela s'inscrit donc dans la lignée de ses déclarations de janvier dernier lorsqu'il affirmait qu'il n'était pas opposé à l'entrée de nouveaux investisseurs mais qu'il n'avait pas l'intention de vendre la majorité de ses parts puisque la F1 est avant tout une plate-forme pour être exposé auprès de potentiels futurs partenaires dans les autres secteurs d'activité de Genii : "Lorsque nous avons acheté l'équipe nous avions 75% des actions. Ensuite, nous sommes montés à 100%. Mais nous avons toujours dit que si d'autres investisseurs veulent acheter quelques actions, nous sommes prêts. Je n'ai jamais voulu vendre l'équipe parce que pour moi, pour Genii Capital, la F1 est une très belle plate-forme pour développer nos affaires. Avec les sponsors, nous discutons non seulement de publicité sur la voiture mais également d'affaires au sens large."

Dans ces conditions, on comprend pourquoi la perte financière enregistrée sur l'année 2011 (20,8 millions de livres sterling) est acceptable de son point de vue : la F1 est un investissement qui permet de boucler des opérations beaucoup plus lucratives en s'offrant une immense page de publicité mondiale. Néanmoins, il lui serait profitable de trouver un véritable sponsor-titre à l'écurie puisque Lotus ne verse plus aucun fonds pour être associer à l'écurie à cause des difficultés financières de sa maison-mère, le groupe malaisien Proton. Quant à la piste Honeywell lancée par de nombreux sites en novembre dernier, elle semble définitivement éteinte.

Si Kimi Raikkonen parvenait à conserver sa seconde place au championnat, les candidats pourraient être plus nombreux.

Commenter cet article