Force India va verser 650.000£ à Caterham et Mike Gascoyne

Publié le par Matthieu Piccon

Caterham---Vitaly-Petrov--Nico-Hulkenberg.jpgLa bataille judiciaire entre Force India, Caterham et Aerolab semble arriver à son terme mais dans le sens espéré par les hommes de Vijay Mallya.

En effet, son écurie va devoir verser 400.000£ à son ancien directeur technique Mike Gascoyne et 250.000£ à son nouvel employeur, tout en réglant ses dettes auprès d'Aerolab. Elle va également devoir régler l'addition de tous les frais juridiques entrainés par cette affaire.

Alors que l'écurie de Silverstone s'estimait dans son bon droit en attaquant l'écurie qui s'appelait encore Team Lotus pour violation de sa propriété intellectuelle de par l'utilisation de certains fichiers informatiques au sein de son ancien fournisseur Aerolab, elle se retrouve avec une facture importante à régler.

A la fin mars, elle avait déjà été condamnée à rembourser l'intégralité de sa dette auprès de la soufflerie italienne, soit tout de même un chèque de 820.000£. Il ne restait alors plus qu'à régler la question des coûts liés aux autres parties impliquées dans l'affaire, au premier rang desquels Mike Gascoyne et 1 Malaysia Racing, la maison-mère de l'écurie Caterham. En effet, c'est le licenciement du premier et son recrutement par Tony Fernandes qui a provoqué toute la bataille judiciaire qui s'en est suivie.

La Haute Cour de Londres a effectivement reconnu qu'Aerolab avait pris un raccourci en se servant de fichiers pré-existants pour le design dédié à Lotus mais qu'aucun copiage systématique n'avait été mis en place pour profiter des travaux réalisés pour Force India. La compensation financière est donc tout juste symbolique puisque Aerolab n'est condamné qu'à verser 25.000 euros contre les 13 millions réclamés par Force India.

Néanmoins, cette somme fait bien pale figure à côté des 650.000£ qu'elle va devoir régler dans les deux semaines à venir à ses rivaux... Reste à voir si Force India fera de nouveau appel, au risque de voir la facture légale encore s'aggraver.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article