Ferrari enlève son code-barre

Publié le par Matthieu Piccon

Ferrari---Felipe-Massa-sans-code-barre.jpgLa polémique aura eu raison du code-barre : la semaine dernière, un responsable de la Commission Européenne réalisait enfin que le code-barre présent sur le capot moteur des monoplaces de Ferrari pouvait constituer une publicité subliminale pour Marlboro.

Etant donné que ce stratagème est utilisé à plein temps depuis 2007, on peut se dire que le temps de réaction des instances européennes n'équivaut pas celui des pilotes de Formule 1 au départ...

Malgré un communiqué de presse issu le jour même du déclenchement de la tempête médiatique, les hommes de Maranello ont décidé de faire taire rapidement les critiques en enlevant ce code-barre de ses deux monoplaces. A la place, on découvre un simple rectangle à bords blancs. Alors certes, il ressemble peut-être moins à un paquet de cigarettes mais bon il reste ressemblant au logo de la marque américaine.

Surtout que ce changement n'a eu lieu que sur la monoplace. Sur les combinaisons, les gants (mis très en valeur ce week-end grâce à l'introduction du F-duct près de la main gauche du pilote), les casques de Felipe Massa et de Fernando Alonso, le fameux code-barre est toujours présent. L'écurie, qui s'appelle encore Scuderia Ferrari Marlboro, a donc décidé de changer ce qui se voit le plus mais les fondamentaux restent les mêmes : Ferrari veut rester la seule écurie à pouvoir bénéficier de l'argent des cigarettiers.

Mais pour enfoncer un peu le clou, Ferrari a publié un nouveau communiqué de presse offensif : "Avec Philip Morris International, nous avons décidé de modifier la livrée sur nos voitures à partir du Grand-Prix de Barcelone. Cette décision a été prise pour arrêter toutes les spéculations par rapport au soi-disant "code-barre", qui n'a jamais eu pour but de faire référence à une marque de tabac. En faisant cela, nous voulons mettre un terme à cette histoire ridicule et nous concentrer sur des choses plus imortantes que des allégations sans fondement."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article