Ferrari attaque les nouvelles écuries et la FIA

Publié le par Matthieu Piccon

Ferrari - Luca di MontezemoloLa Scuderia ne nous avait pas appris à sortir de ses gonds mais là l'attaque est claire et précise : Ferrari entend montrer qu'elle désapprouve la manière que la FIA a utilisé pour attirer de nouvelles écuries pour remplacer les constructeurs, trop exigeants d'un point tant financier que politique.

Campos Meta, USF1 et même Stefan GP dans le viseur

C'est pourquoi elle rappelle que "des treize équipes qui ont signé, ou qui étaient sensées signer, pour le championnat de cette année, à l'heure actuelle seules onze ont répondu à l'appel en allant sur la piste, certaines plus tard que d'autres. Alors que certaines ont été capables de faire seulement quelques centaines de kilomètres, d'autres ont réussi à faire bien plus mais à un rythme beaucoup plus réduit." Voilà une entrée matière virile qui prélude de ce qui va suivre.

Le chevalier blanc de Campos

Ainsi pour parler de l'écurie espagnole, la Scuderia déclare : "Quant à la douzième équipe, Campos Meta, ses actionnaires et son management ont été modifié à la suite, à en croire les rumeurs de radio moquette qui sont arrivées jusqu'au Cheval Cabré, d'une injection de cash d'un chevalier blanc, habitué de ces sauvetages de la dernière heure. Néanmoins, les bénéficiaires de cette générosité pourraient trouver que le chevalier en question attendent d'eux qu'ils jouent le rôle de loyaux vassaux. Tout cela veut dire qu'il est difficile d'imaginer que le châssis dessiné par Dallara fera son apparition sur le circuit de Barcelone et que Sakhir a plus de chances d'être le témoin du retour du nom Senna en Formule 1."

USF1 se cache

Mais les hommes de Maranello ne s'arrêtent pas en si bon chemin et USF1 est la prochaine victime sur leur chemin : "La treizième équipe, USF1, semble s'être cachée à Charlotte, Caroline du Nord, au plus grand malheur de ceux comme l'Argentin Lopez qui croyait avoir trouver le chemin du paddock de Formule 1 (avec l'aide de la Présidente Kirchner, selon les rumeurs) et qui doit tout recommencer à nouveau. De manière incroyable, ils ont toujours l'impudence d'affirmer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes." Au moins, comme ça les dirigeants américains savent à quoi s'en tenir avec leurs homologues italiens...

Parfum de scandale chez Stefan GP

Ces derniers continuent à passer en revue les nouveaux venus, ou plutôt ceux qui espèrent encore faire leur apparition en F1, à savoir Stefan GP. "Après, nous avons le projet serbe. Ils ont commencé par se lancer dans une bataille juridique avec la FIA, puis ils se sont jetés sur les restes de Toyota sur son lit de mort. Après avoir embauchés quelques personnes, dont certaines qui sentent encore le souffre des scandales passés, ils èrent désormais en attendant de remplacer le premier à se retirer du jeu, avec la possible aide du même chevalier blanc que nous avons évoqué plus haut." Ici la Scuderia vise directement Mike Coughlan, l'homme par qui le scandale du Spygate est apparu en 2007. C'est d'autant moins étonnant que Ferrari était la cible de cet espionnage industriel, qui avait coûté 100 milions de dollars à McLaren.

L'héritage Mosley

Tout cet argumentaire pour en arriver à la principale cible de ce brulot, Max Mosley : "C'est l'héritage laissé par la guerre sainte de l'ancien président de la FIA. La cause défendue était de permettre à de petites équipes d'arriver en Formule 1. Voici le résultat : deux équipes vont se trainer jusqu'au début du championnat, une troisième va être poussée sur le ring par une main invisible (vous pouvez être sûr qu'il ne s'agit pas de celle d'Adam Smith) et pour la quatrième, eh bien; vous feriez mieux d'appeler le service des personnes disparues pour la retrouver. Dans le même temps, nous avons perdu deux constructeurs sur le chemin, dans les structures de BMW et Toyota, tandis que chez Renault il n'y a guère plus que le nom. Est-ce que l'enjeu en valait la chandelle ?"

La bataille de la communication est donc lancée et de manière beaucoup plus forte que dans le passé ! Pour retrouvez l'article dans sa verion originale, vous pouvez aller sur le site de Ferrari.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article