Facture de 56 millions de dollars pour les contribuables australiens

Publié le par Matthieu Piccon

HRT - Bruno Senna MelbourneLes années se suivent et se ressemblent : la participation des contribuables australiens pour le Grand-Prix d'Australie s'est encore accentuée pour atteindre 56 millions de dollars australiens, soit 6 de plus que l'an passé et en 2010.

C'est le rapport annuel de l'Australian Grand Prix Corporation, la société qui gère l'épreuve de Melbourne en F1 et en Moto GP, que Businessf1.fr s'est procuré, qui nous donne cette information. Avant de créer la colère des contribuables locaux, elle doit cependant être mise en perspective avec les retombées pour la ville.

L'Australian Grand Prix Corporation est parvenue à augmenter ses revenus, tant ceux issus de la billetterie que ceux liés à leur contrat de sponsoring. Ainsi elle avait décidé d'installer une tribune supplémentaire afin de répondre à la demande. Cela s'est concrétisé par la présence de 310.000 personnes sur le week-end, dont 115.000 le jour de la course. Il s'agit de l'affluence la plus importante depuis 2005. D'un point de vue financier, cette augmentation du nombre de spectateurs s'est traduite par une légère augmentation des ventes de billets, de 26,5 à 27,9 millions de dollars australiens. Mais cela reste encore bien loin des 34,9 millions enregistrés lors de l'édition 2008, avant que la crise économique n'affecte l'économie mondiale.

Les organisateurs se sont également affairés sur le volet des sponsors de l'épreuve, en tête desquels la compagnie aérienne Qantas a rempilé en tant que sponsor-titre. Neuf entreprises supplémentaires ont également décidé de s'associer à l'épreuve. Les revenus générés restent néanmoins relativement limités puisqu'ils sont passés de 5,8 à 7,3 millions de dollars australiens.

Cependant, les dépenses de l'organisation ont augmenté beaucoup plus vite que les recettes. Le poste de dépenses le plus important est, bien entendu, le prix du plateau à verser à la FOM de Bernie Ecclestone et la mise en place des infrastructures temporaires de l'épreuve. Il est passé en un an de 43,8 à 54,6 millions de dollars australiens. Dépenses auxquelles il faut également ajouter les dépenses d'ingénierie récurrentes, passées en un an de 26,8 à 28 millions de dollars australiens.

Afin de faire tourner l'équation économique, il n'y a donc pas d'autres solutions que de faire appel au gouvernement local pour combler les trous. C'est pourquoi le versement des autorités locales est passée en un an de 50 à 56,6 millions de dollars australiens. Cependant, plus qu'une subvention publique, le versement effectué par le gouvernement de l'Etat de Victoria doit être perçu comme un investissement pour l'image et la notoriété de la ville et de la région. Formula Money, l'une des références sur l'analyse économique de la F1, affirme que les retombées médiatiques de l'édition 2012, générées par les 700 journalistes présents sur place, peuvent être évaluées à 217,2 millions de dollars, soit une progression de près de 14% par rapport à l'édition précédente.

A ces chiffres, il faut également ajouter les revenus additionnels issus des taxes versées par les visiteurs pour leurs consommations sur place (hôtels, restaurants, bars, souvenirs...). Le retour sur investissement est donc largement positif pour la ville, même si cela n'est pas forcément évident au premier abord. La situation est donc bien différente de la Corée du Sud, qui a perdu 36 millions de dollars en 2012, puisque le circuit de Yeongam est situé au milieu des champs et les tribunes sont largement vides...

Publié dans Circuits, Melbourne, Australie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article