Epsilon vise toujours la F1

Publié le par Matthieu Piccon

Si Jacques Villeneuve a tourné la page, Joan Villadelprat, le président d'Espislon Euskadi, n'a pas abandonné l'idée d'une arrivée en Formule 1 en 2012, voire dès 2011 via un rachat d'écurie.

C'est ainsi que le dirigeant espagnol a déclaré à nos confrères du Noticias de Gipuzkoa que ses ambitions pour la Formule 1 étaient intactes : "Nous n'avons pas jeté la serviette. La chose la plus importante en Formule 1 est d'avoir les fonds permettant de se développer sur le long terme. Nous avons déjà les infrastructures et les ressources humaines. Nous travaillons toujours avec un ensemble d'investisseurs et nous espérons arriver à une décision finale prochainement. Si la décision est positive, nous avons un ensemble d'options disponibles : se présenter pour la 13ème place en 2012, soit racheter une écurie existante en 2011."

Ce qui est sûr, c'est que l'écurie rachetée ne sera pas HRT malgré les graves difficultés de la première écurie espagnole (qui ne sont pas arrangées avec l'amende de 5000 euros de ce week-end pour avoir laissé Sakon Yamamoto partir en piste avec une couverture chauffante sur un de ses pneus...) : "Nous ne sommes pas en contact avec eux. Mais nous sommes confiants qu'il y a des écuries disponibles parce qu'il y en a plusieurs qui se trouvent dans une situation financière très délicate."

Il n'existe que trois possibilités sérieuses : Force India, Sauber ou Toro Rosso. La dernière pourrait être la proie la plus facile puisque Red Bull chercherait à s'en séparer depuis qu'il est interdit d'avoir des châssis-clients. L'écurie italienne a donc développé pour la première sa monoplace 2010, ce qui s'est traduit par des surcoûts importants. Elle a donc été contrainte de chercher des sponsors extérieurs au groupe de la marqué énergétique qui lui a donné son nom depuis le rachat de Minardi en 2005.

Mais Epsilon Euskadi ne se lancera dans ce projet que si elle trouve les ressources financières suffisantes : "Si nous sécurisons le budget des quatre prochaines années pour racheter le projet d'une de ces écuries, nous le ferons. Autrement, non." La semaine dernière, l'entreprise basque avait annoncé avoir signé un accord avec la fondation Loiola Berrikuntza et la ville d'Azpeitia, son lieu de naissance originel. La fondation est spécialisée dans les collaborations public/privé et l'association des trois entités a pour objectif d'améliorer la compétitivité des entreprises présentes dans la région, en collaborant sur des projets qui bénéficieront au tissu industriel de la région. Voilà peut-être un moyen de trouver de nouvelles sources de financement, qui ont fait cruellement défaut face aux exigences de la FIA lors de son appel d'offres pour 2011.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article