Encore plus de changements pour 2014

Publié le par Matthieu Piccon

Toyota - Abu DhabiLa F1 va vivre une véritable révolution en 2014 : en plus du changement de réglementation moteur, la FIA a décidé d'apporter d'autres changements réglementaires d'envergure à effet immédiat.

Le groupe stratégique de la F1 a été mis en place avec la signature des nouveaux Accords Concorde. Il est dôté de 18 votes, répartis équitablement entre la FIA, la FOM et les six principales écuries (Red Bull, Ferrari, Mercedes, McLaren, Williams et Lotus). Il s'est mis d'accord aujourd'hui pour mettre en place des règles qui vont révolutionner le fonctionnement de la F1 telle que nous la connaissons.

La plus emblématique des annonces est celle d'un plafond des dépenses, qui sera valable dès le 1er janvier 2015. L'objectif de cette annonce est de mettre en place la structure qui définira les règles de dépenses, qui devront être établies au plus tard d'ici à la fin juin 2014. Un tel plafond est réclamé depuis des années par les petites écuries, qui ne peuvent suivre les dépenses imposées par les principales écuries. Ces dernières étaient forcément opposées à un tel projet puisqu'elles souhaitaient pouvoir être en mesure de dépenser ce qui est nécessaire à leurs yeux pour remporter les titres Pilotes et Constructeurs.

Or il est devenu clair que le modèle économique de la F1 n'est plus tenable. En effet, même des équipes de pointe comme Lotus ne peuvent se permettre de prendre le meilleur du pilote disponible ou même payer l'ensemble de leur personnel en temps et en heures. Il semblerait donc que les écuries aient réalisées que pour le bien de leur sport, elles se devaient de trouver un accord pour s'assurer que suffisament de structures soient présentes pour maintenir le niveau d'intérêt dans ce sport.

Il reste maintenant au groupe à se mettre d'accord sur ce qui sera le meilleur compromis mais il parait exclu qu'une limite aux alentours des 50 millions de dollars, annoncée il y a quelques années, soit tenable alors que certaines équipes dépenses quasiment dix fois ce montant. Un délai de six mois pour trouver un accord définitif ne sera pas de trop, tant la tâche parait compliquée.

Une autre annonce importante et la moins attendue concerne la décision de doubler l'ensemble des points de la dernière course, Abu Dhabi en 2014. L'objectif est ici de maintenir un intérêt à accueillir une telle épreuve, qui se monaye avec un premium supplémentaire auprès de la FOM, en maintenant un intérêt sportif. Cependant, cette initiative n'aurait eu absolument aucune conséquence sur le sort du Grand Prix du Brésil 2013 puisque Sebastian Vettel aurait déjà été sacré.

Mais cela pourrait avoir de graves conséquences en cas d'incident impactant un pilote lors de cette fameuse course. Un abandon lors d'une telle épreuve serait deux fois plus pénalisant que sur le reste de la saison, ce qui pourrait conduire un pilote à perdre un titre mondial seulement pour avoir abandonné lors de la mauvaise course... Ce sera la première fois de l'histoire de la F1 qu'une épreuve rapportera plus de points que toutes les autres et pourrait créer un précédent pour créer d'autres événements spéciaux.

Une autre décision symbolique est l'attribution de numéros de pilotes à vie en F1 : lorsqu'ils arriveront en F1, les pilotes devront désormais décider quel sera le numéro, à choisir entre 2 et 99. Le 1 reste évidemment la possession du champion du monde en titre, si celui-ci le désire. Si deux pilotes souhaitent obtenir le même numéro, ce sera le classement au championnat de la saison précédente, qui fera la différence.

La F1 s'inspire ici de ce qui peut se faire dans d'autres sports, comme dans le football (le numéro 7 pour Cristiano Ronaldo...) ou en Nascar (le numéro 24 pour Jeff Gordon, le 48 pour Jimmie Johnson...) afin de rendre le merchandising plus facile à gérer d'une saison sur l'autre. Cependant, il y a une différence de taille avec la Nascar : aux Etats-Unis, c'est l'équipe qui est propriétaire du numéro et non le pilote. Ainsi quand le très célèbre Dale Earnhardt Junior a décidé de changer d'équipe, il a dû abandonner son traditionnel 8. Pour ne pas trop s'en éloigner, il a adopté le 88.

D'autres décisions moins impactantes ont été prises. Ainsi Pirelli a bien obtenu la tenue de trois jours d'essais ce mois-ci à Bahrain pour effectuer des premiers essais en conditions réelles sur les pneumatiques 2014. Si toutes les écuries ont été invitées, seules six (Red Bull, Mercedes, Ferrari, McLaren, Force India et Toro Rosso) ont estimé que le budget nécessaire pour de tels essais étaient justifiés. Afin de ne pas donner un avantage trop importants aux équipes participantes, ce sont sur les monoplaces 2013 que les essais seront tenus et non sur les nouvelles monoplaces 2014. Celles-ci ne prendront la piste qu'en janvier.

Enfin, les décideurs ont validé le principe de nouvelles pénalités de seulement cinq secondes pour les enfreintes légères au réglement. Les conditions d'application de ces nouvelles pénalités seront discutés avec les équipes, pour une mise en application dès 2014.

Commenter cet article